Quel avenir pour les 16.000 salariés de General Electric en France?

EMPLOI Le groupe a déjà lancé une vaste restructuration mondiale…

Nicolas Raffin

— 

Une turbine à l'usine Belfort de GE.
Une turbine à l'usine Belfort de GE. — WITT/SIPA
  • GE a reconnu qu’il ne tiendrait pas sa promesse de créer 1.000 emplois en France.
  • Les syndicats craignent des réductions d’effectifs dès 2019.
  • Certains territoires sont largement dépendants de l’industriel.

Pour les salariés de General Electric (GE), l’hiver risque de sembler très long. Ils savent déjà que le groupe américain ne tiendra pas sa promesse de créer 1.000 emplois en France d’ici la fin de l’année. Ils savent aussi que GE va mal. En moins de deux ans, l’action en Bourse a perdu les deux tiers de sa valeur, notamment à cause d’un manque de vision stratégique sur le marché de l’énergie, et l’entreprise a décidé de supprimer 12.000 postes dans le monde.

En raison des engagements de GE au moment du rachat d’Alstom, les sites français n’ont pas été touchés. L’Etat suit le dossier de près : selon une source syndicale, Larry Culp, le patron du groupe américain, pourrait rencontrer Bruno Le Maire dans les prochains jours. Mais Philippe Petitcolin, délégué syndical CFE-CGC et secrétaire adjoint du CE de General Electric ne se fait pas d’illusions pour la suite de l’histoire : « Il faut être lucide, il y aura sûrement un plan de restructuration ».

Un retour sur investissement toujours attendu

Avec environ 16.000 salariés en France, GE n’est pas n’importe quelle entreprise. Son avenir est scruté avec attention, surtout dans les territoires où le conglomérat américain possède des usines. Dans le Territoire-de-Belfort (Bourgogne Franche-Comté), GE emploie par exemple 4.400 personnes, sans compter les sous-traitants qui dépendent de ses commandes.

Depuis des années, les pouvoirs publics locaux ont multiplié les investissements pour aider le groupe, sans forcément avoir le retour attendu. Dans un document remis aux sénateurs cet été, les syndicats de GE rappellent qu’en 2017, le groupe avait demandé 17 millions d’euros d’argent public. Il s’agissait de rénover et d’agrandir des bâtiments à Bourogne, près de Belfort, mais aussi de refaire les routes afin de transporter les énormes turbines.

Un an plus tard, le bâtiment initialement prévu pour abriter une nouvelle ligne de production sert finalement d’entrepôt. Et GE a commencé à rapatrier plusieurs activités d’assemblage vers les Etats-Unis. Sans parler des 260 emplois récemment supprimés à Grenoble, dans la filière hydroélectrique.

Trop d’offre et peu de demande

A quoi faut-il s’attendre pour 2019 ? « Nous n’avons aujourd’hui aucun projet de restructuration de nos activités GE Power en France, affirme à 20 Minutes un porte-parole de l’entreprise. GE entend rester l’un des grands acteurs industriels en France. Nos équipes sont mobilisées pour s’adapter aux nouvelles réalités du marché. »

Ces « nouvelles réalités », ce sont les changements sur le marché de l’énergie. « Il est en pleine transformation et devient de plus en plus complexe » reconnaît un porte-parole de GE. Les centrales à gaz, qui nécessitent de puissantes turbines (dont Belfort est l’un des principaux sites de production), n’ont plus la cote. Comparées à d’autres sources d’énergie, comme l’éolien où le solaire, elles ne sont plus aussi avantageuses d’un point de vue financier.

La faute au « marché », vraiment ?

Résultat : si l’offre est pléthorique – les capacités mondiales de production sont estimées à 400 turbines par an -, la demande, elle ne suit plus. Les industriels se retrouvent donc avec des usines qui tournent au ralenti.

Pour la CFE-CGC, l’excuse du « marché » n’est pas recevable. Comme le rappelle Philippe Petitcolin, « la performance commerciale de GE s’est effondrée » : l’entreprise est devenue moins performante que ses concurrents et a perdu des parts de marché. Pour le syndicat, cela est dû à la fois à un manque d’investissement mais aussi à la volonté des dirigeants de satisfaire à tout prix les actionnaires. « Il ont été jusqu’à vendre des machines ou fermer des sites pour faire rentrer du cash. Ça marche quelques trimestres, mais au bout d’un moment l’entreprise ne peut plus fonctionner » poursuit le syndicaliste.

Pour éviter la catastrophe, le syndicat a même imaginé un « plan B » : reconvertir la filière « turbine » de GE dans les moteurs d’avions. « La technologie est quasi-similaire et c’est le business le plus rentable, affirme Philippe Petitcolin. En outre, GE est déjà associé à Safran [spécialiste de l’aéronautique] dans une co-entreprise ».

« On ne débat pas de politique industrielle »

Cela sera-t-il suffisant ? Pour David Cayla, économiste à l’université d’Angers et membre des Economistes atterrés*, il ne faudra pas attendre de miracle du côté de l’État en cas de grosses difficultés. « On avait un fleuron de l’industrie française, Alstom, et on l’a vendu sans réfléchir à l’après. Il faut bien comprendre qu’Alstom avait des savoir-faire que GE n’avait pas, notamment dans le nucléaire. Le jour où GE décide de fermer ou de délocaliser, on ne peut rien faire. »

« Le problème, juge David Cayla, c’est qu’on ne débat pas de politique industrielle en France. La logique d’Emmanuel Macron, c’est de rendre le pays le plus attractif possible pour récupérer du capital étranger. Cela coûte très cher puisqu’il faut baisser les impôts des entreprises, et comme tous les pays autour de nous font pareil, c’est toute l’Europe qui est perdante au final ». Du côté de Bercy, on rappelle que « les accords [entre l’État et GE] ont protégé largement la France alors que GE a procédé à des restructurations massives par ailleurs ». L’année 2019 permettra de voir si la protection tient toujours.

 

*Auteur de L’Economie du réel face aux modèles trompeurs (Ed De Boeck, 2018).