VIDEO. Quelles sont les conséquences de l'arrestation de Carlos Ghosn?

AUTOMOBILE L'un des plus grands patrons d'industrie du monde est accusé de malversations par la justice japonaise...

Delphine Bancaud

— 

Le 12 septembre 2018, Carlos Ghosn. Photo : JOEL SAGET / AFP)
Le 12 septembre 2018, Carlos Ghosn. Photo : JOEL SAGET / AFP) — AFP
  • Le conseil d’administration de Nissan se prononcera jeudi sur le limogeage de son président Carlos Ghosn.
  • Si celui-ci est voté, Renault pourrait décider de faire la même chose.
  • Renault risque de payer ce scandale au prix fort.

Une déflagration dans le secteur automobile français. Carlos Ghosn, PDG de Renault et qui dirige les conseils d’administration des constructeurs d’automobiles japonais Nissan et Mitsubishi Motors, a été arrêté à Tokyo  lundi en raison de soupçons de malversations après une enquête interne de Nissan. Il est suspecté d’avoir dissimulé une partie de son salaire au fisc et d’avoir utilisé des biens de Nissan à des fins personnelles. 20 Minutes analyse les conséquences de ces révélations pour Carlos Ghosn, pour le groupe qu’il dirige et pour l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

 

Comment explique-t-on qu’un tel scandale touche un patron milliardaire ?

En tant que PDG de Nissan, Carlos Ghosn a touché pour la période d’avril 2016 à mars 2017 quasiment 1,1 milliard de yens (8,8 millions d’euros au cours de l’époque). Il gagne en outre plus de 7 millions d’euros par an au titre de PDG de Renault, qu’il dirige depuis 2009 (il en était directeur général depuis 2005). Des revenus qui ont souvent fait grincer des dents et qui rendent encore plus incompréhensibles les accusations dont Carlos Ghosn fait l’objet aujourd’hui. « Les hauts dirigeants laissent la gestion de leurs actifs à des conseillers en patrimoine qui ont pour consigne de faire de l’optimisation fiscale en frôlant la ligne rouge. Il se trouve qu’ils la dépassent parfois », explique Sébastien Fourré, enseignant à Sup de Co La Rochelle et spécialiste de la gouvernance des entreprises. Un avis partagé par Hervé Joly, chercheur au CNRS spécialiste de l’histoire des entreprises et des entrepreneurs : « Ses revenus auraient pu le protéger de telles tentations. Donc si les soupçons le concernant sont avérés, on peut penser qu’il a été mal conseillé ou qu’il a complètement perdu le sens des réalités », indique-t-il.

Quelles sont les conséquences pour sa carrière ?

« Ce scandale est catastrophique pour son image, d’autant que le grand public et les médias avaient déjà mal vécu ses rémunérations importantes en tant que PDG de Nissan puis de Renault. Et ce malgré les bons résultats qu’il a obtenus en tant que PDG de Nissan, puis de Renault », estime Sébastien Fourré. Le conseil d’administration de Nissan se prononcera jeudi sur le limogeage de son président Carlos Ghosn. « Si c’est le cas, il risque d’être éjecté de son poste de PDG de Renault. Car étant donné les liens forts qui lient Renault à Nissan, on voit mal comment le groupe français pourrait rester solidaire de son patron. Si c’était juste une petite erreur fiscale, à la limite mais si le dossier contre lui est aussi solide qu’il n’y paraît, le maintenir en poste paraît impossible », estime Hervé Joly. « Si ce scénario se confirme, cela mettra fin à sa carrière de grand patron, mais il pourra toujours rebondir en devenant consultant de dirigeants d’entreprise », complète Sébastien Fourré.

Quelles sont les conséquences pour Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Les accusations portées contre Carlos Ghosn, qui a forgé seul le partenariat Renault-Nissan-Mitsubishi, portent un rude coup au trio franco-japonais qui revendique le titre de premier ensemble automobile mondial, avec 10,6 millions de voitures vendues l’an dernier, dépassant ses rivaux Toyota ou Volkswagen. « L’alliance entre les trois entités », Renault, Nissan et Mitsubishi Motors, « ne sera pas affectée par cet événement », a promis Hiroto Saikawa, le PDG de Nissan lors d’une conférence de presse au siège du groupe à Yokohama. Un avis partagé par Sébastien Fourré : « Les synergies industrielles et commerciales sont telles que l’existence du partenariat ne sera pas affectée. Mais cela peut avoir une incidence sur la stratégie de l’alliance si elle n’est plus dirigée par lui », estime-t-il.

En revanche l’impact sur Renault sera, lui, « significatif », a déclaré Hiroto Saikawa. A la Bourse de Paris, le titre de Renault s’effondrait d’ailleurs de plus de 10 % en séance ce lundi. « Le grand public peut associer l’image de ces grands groupes automobiles à l’enrichissement personnel du PDG. D’où la stratégie de Nissan d’axer sa communication sur un comportement individuel déviant de Carlos Ghosn afin de limiter les éclaboussures. Renault pourrait faire de même », indique Sébastien Fourré. « Mais s’il est débarqué de son poste de PDG, cela affectera Renault. Le numéro deux du groupe, Thierry Bolloré, est-il prêt à prendre la relève ? », s’interroge Hervé Joly. Les réponses ne devraient pas tarder, le conseil d’administration de Renault « se réunira au plus vite », a indiqué lundi soir le constructeur automobile.

Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, reste le patron le mieux payé du Japon