Une personne sur quatre victime d'un accident du travail dans sa carrière, selon l’Insee

SANTE Le secteur de la construction est particulièrement exposé…

Nicolas Raffin

— 

Un immeuble en construction à Montpellier.
Un immeuble en construction à Montpellier. — LODI Franck/SIPA
  • Les accidents du travail sont très répandus dans la population.
  • Les ouvriers et les cadres ne subissent pas les mêmes blessures.
  • L’Insee estime qu’environ 925.000 accidents du travail se produisent chaque année.

Les accidents de travail, un mal très répandu ? Selon une étude de l’Insee publiée ce jeudi, 26 % des personnes qui travaillent ou ont travaillé déclarent avoir subi au moins un accident de travail* pendant leur vie professionnelle. Sans réelle surprise, certaines catégories socioprofessionnelles sont nettement plus victimes que d’autres.

Par exemple, les cadres ne sont que 16 % à déclarer un accident de travail au cours de leur carrière. C’est presque trois fois moins que les ouvriers (40 %). « De façon liée, poursuit l’Insee, le risque d’accident varie beaucoup selon le secteur d’activité : les travailleurs de la construction (42 %) et dans une moindre mesure ceux du transport (34 %) et de l’agriculture (32 %) ont plus souvent eu des accidents ». Les services financiers et l’information-communication affichent des taux beaucoup plus bas (13-14 %).

Des blessures inégales

Quelles sont les causes principales d’accident ? Les chutes (28 %) qu’elles soient de plain-pied ou de hauteur, les machines et outils (22 %) et la manipulation d’une charge ou un effort excessif (17 %) constituent le podium. Évidemment, chaque profession n’est pas touchée de la même manière. Les ouvriers se blessent plus souvent avec des machines et outils, tandis que les cadres sont plus menacés par les chutes.

Les inégalités se retrouvent aussi dans la gravité des blessures subies. Si 10 % des ouvriers se disent « considérablement limité dans leur vie quotidienne » suite à leur accident, cette proportion tombe à 5 % chez les cadres. Par ailleurs, l’âge joue aussi un rôle important : les plus de 55 ans sont trois plus nombreux à ressentir une « gêne considérable » que les moins de 25 ans.

925.000 accidents chaque année

Après un accident, la quasi-totalité (90 %) des actifs reprend le même travail, la plupart dans les mêmes conditions : seulement 4 % de ceux qui reviennent travailler ont réduit leur charge de travail, et 3 % ont réduit leur temps de travail. Au total l’Insee estime qu’environ 925.000 accidents du travail se produisent chaque année en France.

 

*L’enquête porte sur 26.824 personnes résidant en France métropolitaine. La blessure est définie comme « toute lésion ou dommage physique » par l’Insee.