Vivarte: Le processus de cession de Minelli et San Marina lancé

RESTRUCTURATION Selon la direction de Vivarte, les cessions de Minelli, San Marina et Cosmoparis « devraient être réalisées courant 2019 »…

20 Minutes avec AFP

— 

Un magasin Minelli, à Paris, le premier jour des soldes, le 27 juin 2018.
Un magasin Minelli, à Paris, le premier jour des soldes, le 27 juin 2018. — Lucile Gourdon/SIPA

Après deux ans de restructuration, le groupe de distribution textile Vivarte (La Halle, Caroll…) a annoncé, ce lundi, le lancement du processus de cession de Minelli et San Marina, deux de ses enseignes de chaussures, selon des sources syndicales, une décision confirmée par le groupe.

« La mise en vente » de ces enseignes, ainsi que celle du chausseur Cosmoparis, « a pour objectif d’assurer à l’ensemble des enseignes, des marques et emplois associés, les meilleures conditions de croissance et de pérennité », a assuré la direction de Vivarte dans un communiqué. La cession de ces enseignes, que les syndicats redoutaient, « a été annoncée. C’est fait. Le processus est lancé », a ajouté Vincent Boursier, le coordinateur groupe CFE-CGC, pour qui cela signifie « la fin du groupe Vivarte ».

« Nous cédons pour dynamiser »

« Il ne restera plus que La Halle à céder en début d'année » prochaine, a de son côté observé Karim Cheboub, coordinateur groupe CGT. Selon la direction de Vivarte, les cessions de Minelli, San Marina et Cosmoparis « devraient être réalisées courant 2019 ». « Elles feront l’objet de trois processus distincts de mise en vente », a précisé le groupe. « Avec un portefeuille d’enseignes resserré, Vivarte sera ainsi en mesure d’accroître et de concentrer ses moyens humains et financiers sur ses enseignes les plus porteuses, La Halle et Caroll, qui représentent à elles seules 80 % du chiffre d’affaires du groupe », souligne la direction dans son communiqué.

« Nous cédons pour dynamiser », ajoute Patrick Puy, président du groupe Vivarte, cité dans le communiqué. Selon la direction, Minelli et San Marina emploient 1.447 salariés, sans compter une centaine de postes au siège. Le groupe, qui a déjà cédé plusieurs enseignes ces dernières années (Naf Naf, André, Kookaï...), avait annoncé il y a une semaine être entré en négociations exclusives pour la cession de Chevignon, une autre de ses enseignes.