Automobile: La prime à la conversion bientôt doublée avec l'aide des constructeurs automobiles?

VOITURES La prime à la conversion, qui peut aller actuellement jusqu’à 2.500 euros, est présentée comme un moyen de compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants…

20 Minutes avec AFP

— 

Un parc de véhicules d’occasion, avenue des Etats-unis. Toulouse. Illustration voiture, achat.
Un parc de véhicules d’occasion, avenue des Etats-unis. Toulouse. Illustration voiture, achat. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

« Quand l’Etat donnera 2.500 euros d’aide pour l’achat de véhicules électriques ou hybrides rechargeables, les constructeurs pourraient s’engager à donner autant. » A partir de 2019, le gouvernement voudrait doubler la prime à la conversion versée pour l’achat d’une voiture plus propre, à l’aide d’une contribution des constructeurs automobiles, a indiqué le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, ce mercredi.

Les constructeurs automobiles « sont d’accord pour travailler sur un doublement à partir de l’an prochain de l’effort que l’Etat fait déjà », a déclaré le ministre dans une interview donnée au quotidien Le Parisien. « Ainsi, quand l’Etat donnera 2.500 euros d’aide pour l’achat de véhicules électriques ou hybrides rechargeables, les constructeurs pourraient s’engager à donner autant », a-t-il précisé, précisant que le constructeur Renault envisage de proposer cette aide pour l’achat de voitures électriques d’occasion.

Plus de 100.000 primes à la reconversion attribuées depuis janvier

La prime à la conversion, qui peut aller actuellement jusqu’à 2.500 euros, est présentée par le gouvernement comme un moyen de compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants, en particulier le diesel, en aidant les automobilistes à troquer leurs vieux véhicules polluants contre des voitures plus propres.

Elle a d’ailleurs dépassé cette année l’objectif affiché de 100.000 primes attribuées, puisque environ 250.000 primes devraient être versées en 2018. Après avoir reçu les constructeurs à Bercy, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait déjà indiqué fin octobre qu’ils étaient prêts à faire un effort et à ajouter une prime à celle versée par le gouvernement. Mais elle n’avait à l’époque pas été chiffrée.