Prime à la conversion: «Il faudrait déjà pouvoir acheter une voiture...»

AUTOMOBILE Les internautes s’inquiètent des délais de paiement de la prime…

Nicolas Raffin

— 

Un conducteur au volant d'une voiture. Illustration.
Un conducteur au volant d'une voiture. Illustration. — F. Lancelot - Sipa
  • La prime à la conversion a été lancée en début d’année et a déjà séduit 250.000 automobilistes.
  • Le gouvernement veut que les constructeurs mettent la main à la poche.
  • « 20 Minutes » a demandé aux internautes s'ils avaient profité de la prime à la conversion pour changer de véhicule, si la prime était assez élevée ou si l'augmentation des prix du carburant pouvait les inciter à prendre un véhicule plus économe.

Un coup de pouce pour la planète… et pour le porte-monnaie. Pour inciter les Français à se séparer de leurs vieux véhicules datant d’avant 1997 (essence) ou 2001 (diesel), une prime à la conversion a vu le jour en 2018. Elle varie de 1.000 à 2.500 euros suivant le type de véhicule acheté (thermique ou électrique, neuf ou d’occasion). Les automobilistes ont été séduits : plus de 250 000 primes ont été accordées depuis janvier.

« Je me suis séparé de mon Alfa Romeo après 212.000 kilomètres, explique Pierre. J’ai opté pour une voiture d’occasion plus récente, même si elle roule au diesel. Ayant pris il y a déjà plusieurs années conscience des problèmes dus au réchauffement climatique, j’essaie par mes gestes et mes achats de mettre un petit caillou pour la survie de la planète ».

« Comment pouvez-vous changer de véhicule avec 1120 euros de retraite ? »

Mais le succès de la prime à la conversion a aussi son revers : de nombreux internautes se plaignent de ne toujours pas avoir touché l’argent, ou d’avoir attendu très longtemps. « Quelle blague ce dispositif de l’Etat ! Voiture achetée en février 2018, dossier déposé en avril 2018 et 2000 euros toujours en attente », s’exclame l’un d’entre eux. Fin septembre, l’exécutif assurait néanmoins que tous les dossiers validés seraient remboursés. « Après de nombreux courriers et justifications j’ai quand même réussi à toucher ma prime, huit mois après la demande initiale », regrette Simon.

Au-delà de ceux qui ont pu bénéficier de la prime, plusieurs témoignages reçus par 20 Minutes montrent que la contrainte budgétaire est toujours présente lorsqu’on parle auto. « Comment pouvez-vous changer de véhicule avec 1.120 euros de retraite ? », se demande Josiane. « La mienne est une Citroën C2 diesel qui a dix ans. Et je suis obligée d’avoir un véhicule car j’habite dans une zone rurale. » « Avant de penser à la prime, il faudrait déjà pouvoir acheter une voiture, argumente un internaute. Si les gens roulent dans des vieilles voitures qui consomment et polluent, ce n’est pas parce que ce sont des collectionneurs. Mais parce qu’ils ne peuvent faire autrement. »

Les constructeurs prêts à participer

Ce ne sera peut-être bientôt plus le cas. Après une réunion lundi après-midi avec les constructeurs, Bruno le Maire, le ministre de l’Economie, a annoncé que ces derniers étaient prêts à ajouter « une prime supplémentaire ». Ce super-bonus concernerait les véhicules électriques et hybrides rechargeables. Pour l’instant, aucune somme précise n’a été avancée. Selon Bercy, les décisions seront prises d’ici la fin novembre.

L'Assemblée nationale vote l'amorce du rapprochement entre prix du gazole et de l'essence