Oui, le patron de PSA a bien exprimé des réserves sur l'essor de la voiture électrique (qu'il fabrique)

FAKE OFF Un post Facebook viral prête à Carlos Tavares, président de PSA, des propos critiques sur la voiture électrique...

Alexis Orsini

— 

Carlos Tavares, président du directoire de PSA Peugeot Citroën lors du lancement de deux nouveaux utilitaires Près de Valenciennes, dans le Nord.
Carlos Tavares, président du directoire de PSA Peugeot Citroën lors du lancement de deux nouveaux utilitaires Près de Valenciennes, dans le Nord. — M.Libert / 20 Minutes
  • Selon un post Facebook qui cumule près de 50.000 partages, Carlos Tavares, président de PSA, aurait exprimé des réserves importantes sur les politiques de développement de la voiture électrique.
  • Ces propos ne sont pas datés.
  • Ils ont bien été prononcés (de manière moins condensée) en septembre 2017, au salon automobile de Francfort, lors d'une table ronde avec des journalistes. 

En matière de voitures électriques, le groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS) poursuit des objectifs ambitieux : l’électrification de 80 % de ses véhicules en 2023, et de 50 % dès 2020. Pourtant, selon un post Facebook particulièrement viral – partagé près de 50.000 fois depuis sa publication, le 6 octobre –, son président, Carlos Tavares, exprime des réserves importantes sur le virage de l’industrie automobile en faveur de ce type de véhicule.

Le texte – également relayé sur LinkedIn et Twitter – lui prête des propos assez critiques : « Le monde est fou. Le fait que les autorités nous ordonnent d’aller dans une direction technologique, celle du véhicule électrique, est un gros tournant. Je ne voudrais pas que dans 30 ans on découvre quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air, sur le recyclage des batteries, l’utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge ? »

La longue citation se poursuit avec d’autres interrogations : « Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ? Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ? Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ? […] Je m’inquiète en tant que citoyen, parce qu’en tant que constructeur automobile, je ne suis pas audible. Toute cette agitation, tout ce chaos, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels. »

Si ces propos (condensés) datent en réalité d’il y a un peu plus d’un an, ils ont bien été tenus par Carlos Tavares, lors d’une intervention au salon de l’automobile de Francfort.

FAKE OFF

Le 12 septembre 2017, le patron de PSA s’exprime devant quelques journalistes à l’occasion d’une « table ronde organisée lors de la première journée presse du salon », précise Florence Lagarde, directrice de la rédaction d’Auto Actu, présente ce jour-là.

Cette intervention prend place moins d’une semaine après les révélations du Monde sur l’enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) menée contre PSA, soupçonné d’avoir manipulé ses moteurs diesel – ce que l’entreprise dément.

Alors que Carlos Tavares vient d’évoquer la politique d’expansion des voitures électriques chez PSA – comme on peut le vérifier dans l’enregistrement audio fourni à CheckNews par Florence Lagarde –, un journaliste lui demande si « le moteur diesel [a encore] un avenir ».

Le président de PSA se lance alors dans une longue réponse, qui constitue la première partie du post Facebook condensant ses propos : « […] On est en train d’évoluer d’un monde où la technologie était neutre vers un monde où on nous instruit d’aller dans la direction du véhicule électrique. […] Simplement, si on nous donne l’instruction de faire des véhicules électriques, il faut aussi que les administrations et les autorités […] assument la responsabilité scientifique du fait qu’ils nous ont instruit de faire des véhicules électriques. »

« Parce que je ne voudrais pas que dans 30 ans on ait découvert, les uns ou les autres, quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air, sur le recyclage des batteries, sur l’utilisation des matières premières rares de la planète, sur je ne sais quelle émission électromagnétique de la batterie en situation de recharge » poursuit-il.

Carlos Tavares opère dans la foulée une distinction entre son profil de président de PSA et son point de vue personnel : « En tant que citoyen, je serais rassuré par le fait que ce sont les administrations qui prennent la responsabilité scientifique du choix de la technologie. En tant qu’entreprise, je me dois évidemment d’être conforme à toutes les régulations, je le suis et je continuerai à l’être, mais c’est un changement important, sociétal ».

Des propos répétés récemment

Ses autres déclarations reprises dans le post Facebook sur « [l’]agitation » et le « chaos » qui vont « se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels » n’interviennent que bien plus tard lors de cette table ronde, après une série de questions et de réponses sur des sujets différents.

Le terme de « folie » – évoqué notamment à l’époque sur Auto Actu ou dans Le Parisien –, émane à l’origine d’une citation en anglais : « J’avais préparé une petite phrase, je vous la donne en anglais : "we are clean, the world is crazy and it’s going to backfire on our citizens". […] Ce qui veut dire que toute cette agitation, tout ce chaos, à un moment donné, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels, pas suffisamment réfléchis, pas avec suffisamment de recul… »

Depuis cette intervention, Carlos Tavares a réitéré à plusieurs reprises son scepticisme, notamment le 1er septembre dernier, comme le rapportait alors Ouest-France : « L’alerte que j’ai voulu donner il y a quelques mois est qu’il n’y a pas […] d’études d’impact, ni d’études à 360 degrés de ce que signifie une mobilité 100 % électrique. Les gouvernements et les responsables politiques de l’Union Européenne sont en train de prendre la responsabilité scientifique du choix de la technologie. »

Et le patron de PSA de répéter, sur France Inter, le 29 septembre (à partir de 3:05) : « Les décisions scientifiques qui ont été prises d’aller vers l’électrique incombent aux gouvernements. »

Avis sincère ou effet d’annonce ? Difficile de trancher, selon Florence Lagarde : « C’est un peu inattendu car il est le seul dirigeant de constructeur automobile à tenir ce discours anti-électrique et anti-réglementation, les autres sont plus légalistes et moins dans l’avis personnel. […] C’est peut-être réellement ce qu’il pense car il en est persuadé, mais ça peut aussi être une posture alarmiste pour frapper les esprits. »

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.