Quand le président d'Engie est nommé à la tête du CA de l'Opéra de Paris par le gouvernement

CHANGEMENT Jean-Pierre Clamadieu est arrivé à la tête d'Engie au cours de l'année...

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Pierre Clamadieu, le président non-exécutif d'Engie.
Jean-Pierre Clamadieu, le président non-exécutif d'Engie. — JOHN THYS / AFP

La nomination d’un chef d’une entreprise privée à la tête du CA de la plus grande institution culturelle publique en France marque une rupture par rapport aux deux derniers présidents, Jean-Pierre Leclerc et Bernard Stirn, qui étaient tous deux hauts fonctionnaires. C’est le président du groupe énergétique Engie, Jean-Pierre Clamadieu, qui a été nommé ce mercredi par le gouvernement président du conseil d’administration de l’ Opéra national de Paris.

Il y a un an, les compétences du conseil d’administration de l’Opéra de Paris avaient été élargies et la tutelle de l’État renforcée. Le CA peut désormais se prononcer sur les orientations stratégiques proposées par la direction de l’Opéra, subventionné à près de 100 millions d’euros par an. L’arrivée de Jean-Pierre Clamadieu, 60 ans, intervient au moment où le ministère de la Culture recherche activement un successeur au directeur général Stéphane Lissner, en poste depuis 2014 et qui termine son mandat en 2021. Ce dernier est marqué entre autres par une baisse régulière des subventions de l’État (moins 10 millions d’euros environ en 10 ans), de l’augmentation du mécénat au profit de la plus grande maison d’opéra en Europe (si l’on compte ses deux scènes, Garnier et Bastille).

Jean-Pierre Clamadieu a été nommé cette année à la présidence d’Engie, succédant à Gérard Mestrallet. En tant que PDG de Solvay, il a mené une transformation profonde de ce groupe chimique belge. Après un début de carrière dans l’administration et un cabinet ministériel (il a été conseiller de Martine Aubry au ministère du Travail), il a travaillé chez Rhône-Poulenc puis Rhodia, dont il est devenu PDG.