Mobilisation contre la «casse sociale»: L’avenir des retraites ne fait pas rêver les manifestants

REPORTAGE Le projet de réforme des retraites du gouvernement suscite beaucoup d’inquiétude…

Nicolas Raffin

— 

Manifestation interprofessionnelle du 9 octobre à Paris.
Manifestation interprofessionnelle du 9 octobre à Paris. — Thibault Camus/AP/SIPA
  • Des milliers de manifestants ont défilé ce mardi à Paris à l’appel de plusieurs syndicats.
  • La réforme des retraites apparaît comme un objet encore très flou.
  • Les syndicats pressent le gouvernement de préciser ses pistes sur la prise en compte de la pénibilité ou encore sur « l’âge pivot », à la veille d'une réunion multilatérale pour faire un bilan des six premiers mois de concertation.

Ils étaient des milliers ce mardi – 11.500 selon la préfecture de police, 21.500 selon le cabinet Occurrence - à être descendus dans la rue pour réclamer une politique sociale plus juste à Emmanuel Macron. Dans le cortège parisien, les syndicalistes de la CGT, FO ou encore Solidaires côtoyaient les étudiants, infirmiers et aides-soignantes venus dénoncer la « casse sociale » menée selon eux par le gouvernement.

Les réformes à critiquer ne manquaient pas : réforme de la fonction publique, de l’assurance-chômage, mais aussi des retraites. Dans le cortège, l’évocation du projet voulu par le chef de l’État - un système de retraite « universel » - laissait plutôt sceptique. « Vous et moi on n’aura plus le droit à la retraite ! Ça n’existera plus, s’exclame Nathalie, habitante de Seine-et-Marne. Le gouvernement a supprimé les cotisations maladies et les cotisations chômages [en octobre pour les salariés]. Bientôt ils retireront les cotisations vieillesse, donc il n’y aura plus personne pour cotiser ! »

Un système universel avec des particularités ?

Le projet présidentiel prévoit de remplacer tous les régimes existants – une quarantaine actuellement – par un système où « un euro cotisé donne les mêmes droits (…) quel que soit le statut de celui qui a cotisé ». Inès, une étudiante croisée à la manifestation parisienne, reste sceptique face à cette proposition : « On ne peut pas faire un système universel avec autant de métiers différents. Vous voyez un policier ou un pompier travailler jusqu’à 62 ans, voire plus ? ».

Elle n’est pas la seule à s’inquiéter. Les syndicats réclament également des clarifications au gouvernement, qui semble se diriger vers un système par points. Dans ce cas, toutes les années de la vie professionnelle seraient prises en compte pour calculer la pension de retraite. Pour les syndicats, cela reviendrait à pénaliser les carrières hachées ou précaires, puisque les personnes ne travaillant pas (ou peu), même pendant quelques années, auraient moins de points au final. Et comme la valeur du point serait la même pour tous, les travailleurs exposés à un métier pénible devraient, en théorie, travailler aussi longtemps que les autres.

Un « âge-pivot » qui sème le trouble

Face à ces critiques, Emmanuel Macron a déjà rappelé que la pénibilité « sera prise en compte », sans plus de précisions pour le moment. Pour le haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, les marges de négociation sont réelles : « Il faut des règles communes, une équité. Mais on a besoin d’approfondir toute une série de questions : quelle sera la nature des pensions de réversion ? Comment prend-on en compte la maternité ? Les situations de handicap ? Sur ces sujets, comme sur beaucoup d’autres, le chemin reste à tracer » expliquait-il le mois dernier.

L’autre questionnement concerne l’âge de départ à la retraite. Le gouvernement l’a répété plusieurs fois, il ne veut pas toucher à l’âge légal, fixé à 62 ans. Mais il pourrait, selon des informations du Monde et des Echos, rajouter un « âge pivot », qui donnerait droit à une retraite à taux plein. Autrement dit, il serait toujours possible de partir à 62 ans, mais si l’âge pivot était fixé à 63 ans, la personne subirait une décote pendant un an.

Sortir du bois

Tous ces points seront sans doute abordés ce mercredi, lors d’une rencontre entre les partenaires sociaux, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn, et Jean-Paul Delevoye. Pour Pascal Pavageau, secrétaire général de FO, il faut que le gouvernement « sorte du bois » sur le dossier des retraites. Une clarification également attendue par de nombreux manifestants présents ce mardi dans le cortège parisien.