EcoMiam, le surgelé breton qui affiche ses marges aux yeux des clients

ECONOMIE L'enseigne née à Quimper ouvre son 17e point de vente à Rennes ce vendredi...

Camille Allain

— 

Damien de Bodman, gérant du magasin Ecomiam de Rennes, qui ouvre le 28 septembre 2018 aux Longs Champs.
Damien de Bodman, gérant du magasin Ecomiam de Rennes, qui ouvre le 28 septembre 2018 aux Longs Champs. — C. Allain / 20 Minutes
  • L’enseigne Ecomiam, née à Quimper, ouvre son 17e point de vente à Rennes ce vendredi.
  • Elle ne propose que des produits surgelés non transformés et affiche toutes ses marges aux clients.
  • L’objectif est d’être transparent, notamment sur le prix payé au producteur.
  • L’enseigne a été créée par Daniel Sauvaget, ancien patron du volailler Tilly-Sabco, aujourd’hui en liquidation judiciaire.

Imaginez un commerce qui afficherait ses marges à la vue de tous et surtout de ses clients. Ce magasin, c’est Ecomiam, une enseigne bretonne de produits surgelés 100 % français. Ce vendredi, elle ouvre son 17e point de vente à Rennes, au centre commercial des Longs Champs. Trois autres ouvriront à Guingamp, Quimperlé et Guérande d’ici la fin de l’année.

Sur chacune de ses 250 références de produits non-transformés, l’enseigne précise sa marge et le prix alloué au producteur, tout en garantissant un prix attractif au consommateur. « On nous matraque toujours de promotions. Mais c’est un leurre, car la marge est prise ailleurs. A la fin, les clients sont perdus, ils ne connaissent plus la valeur des produits », argumente Daniel Sauvaget.

« Une totale transparence »

Le fondateur d’Ecomiam sait de quoi il parle. Pendant des années, il a dirigé le volailler Tilly-Sabco, placé en liquidation judiciaire après des années d’état végétatif. « On ne proposait que du poulet à l’export grâce aux aides de l’Europe. Quand j’ai su que les aides seraient supprimées, j’ai voulu sauver l’entreprise ». Il aura réussi à lancer son activité. Mais sans sauver le volailler.

Avec son nouveau concept, Daniel Sauvaget veut surtout montrer que l’on peut « vendre des produits français de qualité à des prix raisonnables ». Chez Ecomiam, il n’y a jamais de communication, le packaging est réduit au minimum, on ne trouve aucun superflu et le cercle de fournisseurs est restreint. « Si je n’ai plus de cabillaud breton, je ne vais pas le chercher en Islande. Je n’en propose pas, c’est tout ».

De la livraison à domicile partout en France

C’est qui a séduit Damien de Bodman, gérant du magasin rennais, qui ouvre ses portes ce vendredi. « Il y a une totale transparence. On n’a rien à cacher. On ne prend pas des marges sur le dos des consommateurs ».

Huit ans après sa création, Ecomiam a trouvé son modèle. Et vient de se lancer dans la livraison à domicile sur tout le territoire national. « Notre croissance se fait doucement parce qu’elle passe par le bouche-à-oreille », précise Daniel Sauvaget. Et parfois, la lenteur a du bon.