Grasse: Ils mettent les bouteilles de bière en carton

START-UP Des Azuréens créent des box pour améliorer la distribution des produits issus de microbrasseurs et de brasseries artisanales…

Mathilde Frénois

— 

Thibaut et Cédric sélectionnent uniquement des bières artisanales pour leur plateforme Bièropolis.
Thibaut et Cédric sélectionnent uniquement des bières artisanales pour leur plateforme Bièropolis. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Les deux associés ont mis en ligne une plateforme pour commander des bières rares à l’unité.
  • Ou bien s’abonner pour recevoir une boîte par mois pleine de bouteilles de bière (17,90 € ou 23,90 € par mois).

Ils sont tombés dedans quand ils faisaient leurs études. Thibaut Desseignes à Dublin, Cédric Allin à Londres. Depuis, l’amour pour leur potion magique, la bière issue de microbrasseries et de brasseries artisanales, ne les a pas quittés. La vingtaine et un diplôme de commerce en poche, les deux Azuréens ont lancé Biéropolis, une plateforme de vente de bières locales.

« Au départ, on voulait brasser notre propre bière », explique Thibaut Desseignes. Mais la prolifération des brasseries sur la Côte d’Azur leur fait tourner la tête : les seules villes d’Antibes, de Nice et de Grasse en comptent neuf. « C’est là qu’on s’est rendu compte que les brasseurs avaient du mal à se faire connaître et à distribuer. On a voulu mettre nos connaissances techniques et commerciales à leur service. » L’idée était dans les cartons. Les deux associés créent une plateforme Internet pour commander des bières rares à l’unité. Ou bien s’abonner pour recevoir une boîte par mois pleine de bouteilles de bière (17,90 € ou 23,90 € par mois).

Pois chiche et pamplemousse

Exit les productions industrielles, toutes sont issues de brasseries locales et artisanales. « Le but de nos sélections, c’est la découverte, insiste Cédric Allin. Tous les mois, on met quatre ou six nouvelles bières dans le carton et les clients les reçoivent à la maison. » Depuis le lancement de Biéropolis il y a dix mois à Grasse, ils ont envoyé 200 cartons. A l’intérieur se cachait par exemple la Zytha de la Brasserie artisanale de Nice brassée avec du pois chiche. Et la Mad Clown d’un microbrasseur espagnol, une bière au goût de pamplemousse mais sans pamplemousse. Une saveur créée uniquement avec des fleurs de houblons après des centaines d’essais.

Prochaine étape pour les deux Grassois : envoyer leurs cartons encore plus loin, à l’international. Et ouvrir une boutique « qui serait un temple de la bière ». Encore et toujours basée sur les microbrasseries. « Ça fait partie de notre identité », affirme Thibaut Desseignes.