Pays de la Loire et Bretagne: les régions où les taux de chômage sont les plus bas

ETUDE Toutes les régions françaises ne sont pas logées à la même enseigne selon les résultats d'une étude...

20 Minutes avec AFP

— 

L'agence Pole emploi de Clichy-sous-Bois (image d'illustration).
L'agence Pole emploi de Clichy-sous-Bois (image d'illustration). — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Certaines régions sont plus propices pour retrouver un emploi. Les Pays de la Loire et la Bretagne ont affiché les taux de chômage les plus bas en 2017, selon une étude du ministère du Travail publiée vendredi. A l’inverse, les Hauts-de-France, l’Occitanie et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont été les plus touchés par le chômage

L’an dernier, le taux de chômage était de 9,1 % en France métropolitaine, rappelle le service des statistiques du ministère (Dares). Les pays de la Loire ont enregistré un taux de 7,8 % et la Bretagne de 7,9 %. A l’inverse, les Hauts-de-France ont enregistré 11,6 %, l’Occitanie 11 % et la région Paca 10,8 %.

Des « zones d’emploi » privilégiées

Au sein des 304 « zones d’emploi », les disparités sont encore plus marquées, avec un écart de 12,2 points entre les zones des Herbiers (Pays de la Loire) où le taux était de 4,7 % et Agde-Pézenas (Occitanie), avec 16,9 %. Ces « zones d’emploi » sont des espaces géographiques où la plupart des actifs résident et travaillent et dans lesquels les établissements peuvent trouver l’essentiel de la main d’oeuvre pour occuper les emplois.

L’Ouest et l’Est de la France métropolitaine se sont caractérisés par des taux plus faibles, (inférieurs à 7 %), quand le Nord et le Sud ont affiché des taux supérieurs à 12 %.

Le taux de chômage des hommes a dépassé celui des femmes

Les 15 zones d’emploi aux taux les plus élevés (13,9 % et plus) se situent en Occitanie pour 7 d’entre elles (Agde-Pézenas, Alès, Céret, Perpignan, Narbonne, Sète, Béziers) et pour 8 dans les Hauts-de-France (Thiérache, Maubeuge, Valenciennes, Tergnier, Saint-Quentin, Lens-Hénin, Calais, Roubaix-Tourcoing).

A l’inverse, les 15 zones d’emploi affichant le plus faible taux de chômage se situent, pour cinq d’entre elles, dans l’ouest de la France (Laval, Mayenne, Vitré, Ancenis, Les Herbiers), trois à l’ouest de Paris (Rambouillet, Plaisir, Houdan) et quatre dans le Massif central (Lozère, Mauriac, Rodez, Saint-Flour).

Depuis 2008, le taux de chômage des hommes a dépassé celui des femmes dans une majorité des départements. Historiquement, la situation était pourtant inverse jusqu’à la crise, souligne le ministère.