Air France: L’intersyndicale appelle la direction au dialogue

SOCIAL Le nouveau PDG de l’entreprise doit prendre ses fonctions à la fin du mois, il est déjà attendu au tournant…

20 Minutes avec AFP

— 

En cause : des revalorisation salariales demandées par les syndicats.
En cause : des revalorisation salariales demandées par les syndicats. — THOMAS SAMSON / AFP

Les membres de l’intersyndicale d’Air France, réunis vendredi matin, ont affiché leur volonté de dialoguer avec la direction sur l’épineuse question d’une hausse salariale, après avoir d’abord menacé de durcir le mouvement face à des négociations au point mort. « L’intersyndicale cherche toujours une résolution rapide du conflit » et n’a pas émis de préavis de grève, a indiqué à l’AFP Karim Taïbi, de FO Air France, après une réunion organisée à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis).

Fin août, l’intersyndicale composée d’organisations de pilotes (SNPL et Alter), d’hôtesses et de stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et SUD), s’était dite prête à « un fort durcissement du conflit ». Mais en l’absence d’interlocuteur, le groupe Air France-KLM attendant toujours l’entrée en fonction de son nouveau directeur général, l’intersyndicale a choisi de prendre son mal en patience.

« Rattrapage » salarial

Le mécontentement, alimenté par l’annonce en début de semaine d’une hausse de salaires accordée aux pilotes de KLM, n’a pas pour autant faibli. « On voit bien que pour les pilotes de KLM, la négociation et la conclusion d’un accord est possible […] et que pour la partie française, rien ne se passe, tout est bloqué, tout est figé », regrette Philippe Evain, président du SNPL, jugeant cette « différence de traitement incompréhensible ».

L’intersyndicale réclame une hausse générale de 5,1 % des salaires correspondant à l’inflation sur la période 2012-2017. Elle avait mené 15 journées de grève entre le 22 février et le 8 mai, qui ont coûté 335 millions d’euros à Air France-KLM. Le mouvement avait été suspendu après la démission du PDG d’Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, désavoué par le personnel lors d’une consultation sur un accord salarial lancée à son initiative.

Le nouveau directeur général, le Canadien Benjamin Smith, doit prendre ses fonctions d’ici la fin du mois. Contactée par l’AFP, la direction d’Air France n’a pas souhaité faire de commentaire.

>> A lire aussi : Le salaire du nouveau boss d'Air France-KLM fait déjà polémique (et ce n'est pas le premier grand patron à qui ça arrive)