Réformes des retraites: «Cette consultation citoyenne, c’est de l’habillage à 80 %», estime un participant

REPORTAGE «20 Minutes» a assisté à la première rencontre entre Jean-Paul Delevoye et des citoyens sur le futur projet de réforme des retraites organisée ce jeudi à Montreuil (Seine-Saint-Denis)…

Nicolas Raffin

— 

Des retraités sur un banc au jardin des plantes du Mans
Des retraités sur un banc au jardin des plantes du Mans — GILE MICHEL/SIPA
  • Une centaine de personnes ont débattu ce jeudi à Montreuil de l’avenir du système de retraites.
  • Le haut-commissaire chargé de la réforme, Jean-Paul Delevoye, promet que ces rencontres ne sont pas un « alibi ».
  • Le rapport définitif sera rendu à la fin de l’année.

Il y avait un petit air de rentrée ce jeudi, au palais des congrès de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Une centaine de personnes d’horizons très variés – actifs, retraités, chômeurs, fonctionnaires, indépendants - se sont retrouvées au premier atelier participatif sur la réforme des retraites, voulue par Emmanuel Macron.

Les modalités de cet atelier, tout comme la mise en ligne d’une plateforme où chacun peut donner son avis, n’ont pas été décidées au hasard. « Je suis convaincu de l’intelligence collective que vous représentez, a expliqué en préambule Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire ​chargé de porter la réforme des retraites. On compte beaucoup sur l’ implication citoyenne. Lorsque je ferai mes préconisations au gouvernement, les contributions émanant des citoyens seront clairement citées ».

« Nous souhaitons garder un seuil à 62 ans »

Les participants, répartis par groupes autour de tables rondes, sont d’abord invités à écouter une présentation du système de retraite actuel. Sans surprise, le Powerpoint déroulé par l’équipe de Jean-Paul Delevoye pointe un système « injuste », « illisible », notamment à cause des multiples régimes spéciaux ou encore des différences entre public (où la retraite est calculée sur les six derniers mois, hors primes) et privé (où on retient les 25 meilleures années de salaires).

Après ce cours magistral, le haut-commissaire prend le relais pour expliquer en quoi consiste la réforme prônée par Emmanuel Macron : un système « universel » qui se rapproche d’un modèle « à points », où « un euro cotisé donne les mêmes droits pour tous ». Les participants sont ensuite invités à échanger entre eux, puis à se concerter pour questionner Jean-Paul Delevoye.

Les demandes fusent : comment être sûr que le nouveau système ne pénalisera pas ceux qui ont des carrières difficiles ? « Le système à points n’interdit pas un système de solidarité, avec un niveau de pension minimum », répond Jean-Paul Delevoye. Y aura-t-il un âge de départ légal ? « Nous souhaitons garder un seuil à 62 ans. Au-delà, les gens pourront partir lorsqu’ils le souhaitent », rassure le haut-commissaire.

« A 80 %, c’est de l’habillage »

L’atelier « participatif » ne se limite pas à ce jeu de questions-réponses. Toutes les remarques et suggestions des participants sont notées et compilées. « Les contributions donneront lieu à un compte-rendu, qui sera publié sur la plateforme en ligne » indique Judith Ferrando, du cabinet de conseil Missions publiques, chargé d’organiser le rendez-vous.

Les principaux acteurs de la journée, eux, sont plutôt partagés sur l’impact que pourraient avoir l’atelier et leurs propositions sur la future réforme. « Je crains que les choix politiques ne soient déjà faits » s’inquiète Judith, une habitante de Montreuil. « A 80 % c’est de l’habillage, estime Pascal, retraité à Champs-sur-Marne. Mais on ne sait jamais, il peut y avoir quelques idées qui seront retenues ». « On n’est plus dans un système où l’on décide d’abord puis on demande aux gens d’obéir, affirme Jean-Paul Delevoye. Il faut que chacun s’approprie l’enjeu, participe, contribue et valorise la solution ».

Le haut-commissaire aura encore de nombreuses occasions pour vanter sa méthode, car d’autres ateliers sont prévus d’ici fin octobre, à Lorient, Strasbourg, Toulon notamment. Et à la fin de l’année un « jury citoyen » remettra un « avis » à Jean-Paul Delevoye, qui a promis de l’intégrer aux propositions qu’il fera à Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Retraite par points, durée de cotisation annulée... Les principales propositions du gouvernement sur les retraites

>> A lire aussi : Pensions de réversion: Le gouvernement peine à rassurer sur sa future réforme des retraites

>> A lire aussi : «Consultation citoyenne» sur les retraites: Quels changements à venir avec un système à points?