La Poste mise massivement sur la banque et les assurances mais restera publique, assure Bruno Le Maire

COURRIER Le ministre de l’Economie et des Finances a annoncé ce jeudi un rapprochement avec CNP Assurances, tout en promettant que le groupe resterait public...

20 Minutes avec AFP

— 

Des distributeurs automatiques de billets La Poste à Cayenne en Guyane.
Des distributeurs automatiques de billets La Poste à Cayenne en Guyane. — jody amiet / AFP

Face à la diminution du courrier, La Poste doit se réinventer. Pour Bruno Le Maire, cette transformation passe par le développement massif des activités de banque et d’assurance. Le ministre de l’Economie et des Finances a annoncé ce jeudi un rapprochement avec CNP Assurances, tout en promettant que le groupe resterait public.

« Nous voulons créer un grand pôle financier public au service des territoires », a déclaré Bruno Le Maire sur Radio Classique, expliquant vouloir « permettre à La Poste de développer son activité dans la Banque et dans l’assurance ».

L’Etat reste dans la partie

« La Poste perd chaque année 6 % de volume de courrier, les trois activités de La Poste, c’est la logistique, le courrier et la banque et l’assurance. Nous allons lui permettre de développer massivement avec la CNP ce troisième volet d’activité pour compenser la baisse du courrier », a déclaré le ministre.

En pratique, l’opération va passer par le concours de la Caisse des dépôts et consignations, bras financier de l’Etat, qui détient 26 % du capital de La Poste depuis 2011 et environ 40 % des parts de CNP Assurances, l’un des géants du secteur en France.

« Aucune privatisation »

« C’est la Caisse des dépôts qui désormais aura la majorité dans La Poste. […] Après l’opération qui sera dans la loi de la croissance et transformation des entreprises que je présenterai à partir de la semaine prochaine, la CDC aura plus de 50 % de La Poste », a détaillé Bruno Le Maire.

Le ministre a toutefois martelé que « La Poste [resterait] un établissement public, il n’y aura aucune privatisation, aucune intention de privatisation, aucune arrière-pensée sauf une seule, que la Poste reste un grand service public, rentable, dynamique au service des territoires », a-t-il insisté.