VIDEO. «La bataille navale» autour de la coquille Saint-Jacques fait rage entre pêcheurs français et britanniques

EUROPE Entre fumigènes et injures, certains navires de pêches ont joué mardi aux bateaux-béliers en fonçant sur d’autres. Le différend entre pêcheurs français et britanniques au large de la Normandie s’envenime…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de coquilles Saint-Jacques.
Illustration de coquilles Saint-Jacques. — GILE MICHEL/SIPA

Les images sont impressionnantes. Mardi matin, des altercations ont eu lieu en mer entre pêcheurs français et britanniques au large de la Baie de Seine, à plus de 12 miles nautiques des côtes françaises, où les Britanniques peuvent pêcher librement. Trente-cinq bateaux normands ont cherché à faire fuir cinq bateaux britanniques d’un gisement de coquilles Saint-Jacques qu’ils tentent de préserver.

Bateaux-béliers

Entre fumigènes et injures, certains navires ont joué aux bateaux-béliers en fonçant sur d’autres, et trois embarcations présenteraient des trous dans leur coque, selon la chaîne locale France 3 Normandie, qui a diffusé des images de l’altercation.

Les pêcheurs normands, qui n’ont le droit de pêcher la coquille que du 1er octobre au 15 mai, demandent aux Britanniques, dont la pêche n’est pas réglementée dans le temps, de respecter le même calendrier au large des côtes françaises.

Ce différend qui s’envenime entre pêcheurs français et britanniques au sujet de la pêche des coquilles Saint-Jacques au large de la Normandie doit se régler « à l’amiable » entre les deux pays, a affirmé mercredi la Commission européenne. « L’accord existant est dans l’intérêt des pêcheurs en premier lieu. Nous invitons les autorités nationales à résoudre tout conflit à l’amiable de même que cela a été le cas dans le passé », a déclaré un porte-parole, Daniel Rosario, lors du point de presse quotidien de la Commission. La zone de pêche en question est réglementée « au niveau national, et ces dernières années des mesures communes de gestion ont été convenues entre la France, le Royaume-Uni et l’Irlande », a rappelé Daniel Rosario.

« Une pêche industrielle massive et irresponsable »

Le député-maire PCF de Dieppe (Seine-maritime), Sébastien Jumel, demande lui au gouvernement de « rechercher de manière urgente » l’adoption de règles communes à tous les professionnels français et étrangers qui pratiquent la pêche à la coquille Saint-Jacques.

« Nos pêcheurs français ont mis en place des méthodes de pêche artisanale afin de respecter la ressource. Mais ils se trouvent de plus en plus confrontés à des navires de pêche battant pavillons anglais, dont certains mesurent plus de 30 mètres, et qui pratiquent une pêche industrielle massive et irresponsable, érodant dangereusement les ressources de la mer », a estimé l’élu normand dans un courrier, posté selon Sébastien Jumel mardi au ministre de l’Agriculture Stéphane Travert.

Ce jeudi, le maire du Tréport (Seine-Maritime), Laurent Jacques, a émis la crainte que les incidents en Manche ne se reproduisent «très vite, car tout le monde est super remonté. Ce qui s'est passé au large de la baie de Seine peut très bien se passer au large des côtes du Tréport et de Dieppe, très rapidement», a averti l'élu communiste.

«Il a failli y avoir des blessés, voire un drame»

Vincent Lamidel, président de la commission Coquilles Saint-Jacques au Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de Normandie, estime lui aussi que «la tension n'est pas retombée : les gars sont sur le qui-vive, ils surveillent Marine Traffic (un site internet spécialisé, ndlr), les positionnements de bateaux...»

«Les Français», a-t-il reconnu, «ont été assez virulents, mais ils ont des petits bateaux (comparé aux navires britanniques); les Anglais les ont abordés (...) Il y a quand même deux bateaux qui ont failli chavirer, il a failli y avoir des blessés, voire un drame. La réaction anglaise est complètement disproportionnée par rapport à la revendication française. Si, en tant que patrons pêcheurs, ils n'arrivent pas à comprendre pourquoi des petits bateaux sont aussi motivés pour défendre leur territoire, pour moi ce sont des imbéciles».