Les retraités risquent de perdre du pouvoir d'achat en 2019

PENSIONS Les allocations familiales sont aussi concernées...

20 Minutes avec AFP

— 

Un couple de retraités au Mans (Illustration).
Un couple de retraités au Mans (Illustration). — GILE MICHEL/SIPA

Edouard Philippe a fini par le reconnaître ce dimanche, dans une interview au JDD. Le gouvernement va revoir la prévision de croissance pour 2019 : l’exécutif s’attend désormais à une hausse de 1,7 % du PIB, contre 1,9 % précedemment. Dans le même temps, Edouard Philippe assure que «  la maîtrise de la dépense publique et de la dette » restent des priorités.

Pour éviter de dépenser trop, le gouvernement va donc « désindexer » plusieurs prestations sociales de l’inflation en 2019 et 2020. C’est notamment le cas des pensions de retraites : l’année prochaine, elles progresseront seulement de 0,3 %, alors que l’inflation devrait être beaucoup plus élevée (en juillet, elle atteignait 2,3 % sur un an). La conséquence est limpide : les retraités vont perdre du pouvoir d’achat.

Le RSA ne sera pas touché

Outre les pensions de retraite, l’aide personnalisée au logement et les allocations familiales subiront le même sort. En revanche, « les prestations qui bénéficient à nos concitoyens les plus fragiles, comme le RSA, seront augmentées conformément à la loi », a expliqué Edouard Philippe.

Il a en outre assuré que « la prime d’activité, le minimum vieillesse, l’allocation pour les adultes handicapés » augmenteraient, quant à eux, « très significativement », conformément aux promesses de campagne du président Emmanuel Macron.

>> Lire aussi : Pourquoi le budget 2019 s'annonce compliqué