Ecoconduite, GPL, vélo électrique... Comment les internautes de «20 Minutes» font face à la flambée des prix à la pompe

VOUS TEMOIGNEZ Les prix des carburants s'envolent et le portefeuille des ménages prend cher. Les internautes de «20 Minutes» nous racontent comment ils font face...

M.B.

— 

Strasbourg le 02 06 2013. Illutrastion pompe a essence. Diesel.
Strasbourg le 02 06 2013. Illutrastion pompe a essence. Diesel. — G.VARELA / 20MINUTES

Ils n’arrêtent pas de grimper. La flambée des prix des carburants fait très mal au portefeuille. Résultat, selon les calculs de l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), depuis le début de l’année, elle a entraîné « un surplus de dépense compris entre 100 et 225 euros à l’année pour la plupart des ménages ayant une voiture. » Dans ce contexte, les automobilistes sont de plus en plus nombreux à modifier leurs habitudes à en croire les centaines d’internautes qui ont répondu à notre appel dans cet article, sur la page Facebook de 20 Minutes ou en témoignant directement à l’adresse contribution@20minutes.fr.

  • Ils adoptent l’éco-conduite

Jane fait une centaine de kilomètres par jour pour aller travailler. Et pour diminuer sa consommation, elle prend sur son temps : « Je pars plus tôt, je roule un peu moins vite (120km/h autoroute), je change les rapports le moins possible, je garde la vitesse longtemps sans accélérer, j’anticipe les freinages et j’accepte mieux d’être derrière "le mou de service" ». « J’évite d’accélérer bêtement pour freiner 200 mètres plus loin, ainsi je diminue ma consommation de 10 à 20 %. La patience au volant génère sécurité et économie », abonde Janpolek. Pennkhalet tient le même discours : « j’ai adapté ma conduite et ce sont des gains substantiels. Je constate également que la limitation à 80km/h est tout à fait bénéfique sur ce point, n’en déplaise aux détracteurs. Tant mieux pour mon portefeuille et je conduis avec patience. C’est tout bon pour lutter contre le stress ! De plus une conduite plus souple à des effets bénéfiques sur l’usure des freins, des pneus… »

Selon Bison-Futé, l’éco-conduite a un paquet de vertus : conduire moins vite, c’est un risque d’accident diminué de 10 à 15 %, c’est une réduction de sa consommation de carburant de près de 15 % (10 km/h en moins permet d’économiser 3 à 5 litres de carburant sur 500km) et c’est aussi moins de CO² (10 km/h réduit de 12,5 % les émissions de CO² sur 500 km).

  • Ils font le plein à l’étranger

La semaine dernière, le gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80 % des volumes, s’affichait en moyenne à 1,4454 euro le litre en France. Oui, ça fait mal. Galluc qui réside en Moselle fait désormais son plein de gasoil au Luxembourg à 1,10 euro le litre. Imparable. C’est en Allemagne que Christelle remplit son réservoir. Vingt minutes de voiture et à la clef « une différence de 10 à 20 centimes » par litre.

 

  • Ils ont changé de motorisation

Daniel avait « anticipé » le coup « il y a maintenant cinq ans ». Bien lui en a pris. Il a donc opté pour un véhicule hybride boîte automatique et pour alléger encore un peu plus la facture, il privilégie comme de nombreux internautes, « le plein dans les grandes surfaces », plutôt que dans les stations-service.

Pascal ou encore Quentin ont décidé d’opter pour une voiture électrique. « J’ai divisé mon budget déplacements par trois. Je pourrais faire plus si j’avais le pied moins lourd », confie Pascal. Un autre internaute se félicite de son véhicule qui roule au GPL, « toujours à moins de 1 euro le litre ». D’autres ont opté pour le bioéthanol que l’on peut utiliser sur sa voiture à essence après avoir installé un boîtier qui coûte quelques centaines d’euros. Mais l’investissement est vite rentabilisé à en croire Steven : « La pompe non loin de chez moi propose le litre à 0,59 euro le litre, c’est-à-dire un plein d’essence à moins de 25 euros. » « J’aimerais bien pouvoir mettre du bioéthanol, mais les stations qui en fournissent se font rares. Il me faudrait faire beaucoup de kilomètres pour en trouver une », regrette d’ailleurs un autre internaute.

  • Ils réduisent leurs déplacements

« Nous ne sortons plus que quand cela est nécessaire. Car à la campagne quand il n’y a que très peu de transports en commun, on n’a pas le choix, la note devient vite exorbitante ! », déplore Louve. « Depuis des années, on regroupe nos déplacements pour éviter d’utiliser la voiture pour des "bricoles". Quand on part dans les grandes zones de centre commercial, on gare la voiture au centre des magasins et on fait tout à pied », ajoute Stéphane.

  • Ils prennent le vélo

Pour Edith, le vélo, c’est plus que pratique. « Je prends mon vélo pour aller au travail (5 kilomètres avec une belle côte) et pour presque tous mes autres déplacements en ville. En vélo, je suis très souvent plus rapide que les automobilistes, surtout dans l’hypercentre. Je me gare rapidement. Je ne perds pas un temps précieux à chercher une place de parking, je n’ai pas besoin de passer à l’horodateur », explique cette Internaute de Chaumont (Haute-Marne). Un autre internaute a même décidé de faire les 28 kilomètres qui le sépare de son travail chaque matin et chaque soir en vélo… électrique. Ça lui permet de ne pas arriver trempé au travail et de réaliser chaque trajet en moins d’une heure.