Les provocations de Trump sont en train de «détruire» la croissance, juge le ministre de l’économie allemand

TAXES Le ministre de l'économie allemand s’en est pris ce dimanche au président américain et aux droits de douanes qu’il instaure…

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump à Washington, le 1er août 2018.
Donald Trump à Washington, le 1er août 2018. — REX/Shutterstock/SIPA

Le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier,  s’en est pris dimanche au président américain Donald Trump, dénonçant ses efforts et ses provocations en matière de commerce mondial pour « imposer » à l’Europe ses marchés avec l’Iran à travers les sanctions américaines.

Dans une interview au quotidien allemand Bild am Sonntag, Peter Altmaier a averti des conséquences néfastes d’une guerre commerciale totale sino-américaine et s’est déclaré inquiet de la décision de Trump d'imposer des taxes douanières sur l'acier contre la Turquie, dans le cadre d’une escalade du conflit diplomatique.

« Ce sont les consommateurs qui souffrent le plus »

« Cette guerre commerciale est en train de ralentir et de détruire la croissance économique et de créer de nouvelles incertitudes », a dit Peter Altmaier. « Le passé nous a montré que ce sont les consommateurs qui souffrent le plus pendant les guerres commerciales, car les biens de consommation deviennent plus chers ».

Le président Trump a déjà imposé des droits de douane punitifs sur 34 milliards de dollars de produits chinois importés. Des importations chinoises supplémentaires d’une valeur de 16 milliards seront frappées de taxes au courant de ce mois, et Pékin a menacé de riposter. Vendredi, Trump a annoncé qu’il allait doubler les droits de douane sur l’acier et l’aluminium en provenance de Turquie, ce qui a entraîné à la chute de la livre turque à son plus bas face au dollar.

Un apaisement toutefois des sanctions entre l’Europe et les Etat-Unis…

Le ministre allemand Altmaier a toutefois accueilli avec satisfaction l’apaisement des tensions entre l’Europe et les Etats-Unis, après l’accord conclu entre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et Trump pour éviter pour l’instant toute hausse des taxes douanières sur l’acier.

Cet accord a « garanti des centaines de milliers d’emplois en Allemagne et en Europe », mais c’est seulement « un premier pas », a-t-il dit au Bild. « A la fin, nous avons besoin d’un commerce mondial avec des droits de douane faibles, avec moins de protectionnisme et avec des marchés ouverts ».

« Nous ne laisserons pas Washington nous dicter nos relations commerciales »

Evoquant la décision américaine de réimposer des sanctions américaines contre l'Iran après le retrait unilatéral de Trump de l’accord nucléaire de 2015, Peter Altmaier a souligné l’importance de préserver les contrats d’affaires conclus en Iran. Un grand nombre de groupes, dont le constructeur allemand Daimler ont déjà annoncé leur retrait d’Iran à la suite de ces sanctions qui interdisent toute transaction faite en dollars.

« Nous ne laisserons pas Washington nous dicter nos relations commerciales avec d’autres pays. C’est pour cette raison que nous soutenons l’accord nucléaire de Vienne qui empêche l’Iran de fabriquer une arme atomique », a dit le ministre allemand. « Que ce soit en Allemagne ou en Europe, nous examinons les moyens de garder les canaux financiers ouverts », a-t-il dit.