En 2006, l’exode des riches continuait

V.G.

— 

La ministre de l'Economie Christine Lagarde remettra dans les prochains jours aux commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat un rapport sur les "niches fiscales", a-t-elle annoncé dimanche, en estimant qu'il fallait "mettre fin à certains abus".
La ministre de l'Economie Christine Lagarde remettra dans les prochains jours aux commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat un rapport sur les "niches fiscales", a-t-elle annoncé dimanche, en estimant qu'il fallait "mettre fin à certains abus". — Mychele Daniau AFP/Archives

Le bouclier fiscal voté à l’été 2007 changera-t-il la donne? En 2006, 843 contribuables redevables de l’Impôt sur la fortune (ISF) ont quitté la France, soit 16 par semaine. Le coût de ces départs s’élèverait à 2,8 milliards d’euros pour l’Etat.
 
Ces évadés fiscaux ont rejoint la Belgique pour 16% d’entre eux, la Suisse (15%), le Royaume-Uni (11%) et les Etats-Unis (10%). Au total, depuis dix ans, ils sont 4.658 redevables de l’ISF à avoir quitté l’Hexagone.
 
«Guère d’illusion parmi les personnes qui envisagent de partir»

 
Le rapporteur général du Budget au Sénat Philippe Marini estime dans «Le Figaro» que les décisions fiscales du gouvernement Sarkozy sont trop «timides» et que le bouclier fiscal n’arrêtera pas l’exode fiscal: «Je ne ressens guère d’illusion, de confiance ou d’adhésion parmi les personnes qui envisagent de partir.»
 
Le sénateur estime outre que «la meilleure solution, c’est de lever le seuil d’imposition de 770.000 à un million d’euros». «Nous avons besoin de personnes aisées sur notre territoire pour investir, créer des emplois, de la richesse et pour, au final, payer des impôts», explique-t-il. Le sénateur va-t-il parvenir à relancer ce débat sensible à l’heure où les questions de pouvoir d’achat des plus modestes dominent?