«Tranquilité d'esprit», voiture haut de gamme... Pourquoi la location avec option d'achat séduit tant les automobilistes

AUTOMOBILE Les Français sont de plus en plus nombreux à opter pour la LOA au moment d'acheter leur véhicule neuf. Mais est-ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle?... 

Mathieu Bruckmüller

— 

Le nouveau SUV Citroën C5 Aircross.
Le nouveau SUV Citroën C5 Aircross. — Fred TANNEAU / AFP
  • Plus d'un particulier sur trois qui achète une voiture neuve opte pour la location aavec option d'achat (LOA).
  • Tranquilité d'esprit, véhicule haut de gamme... Le dispositif a de nombreux avantages selon plusieurs internautes. Mais attention aux pièges.

C’est un phénomène qui n’a pas fini de prendre de l’ampleur. Les automobilistes n’ont jamais été aussi nombreux à s’offrir une voiture neuve grâce à la location avec option d’achat (LOA). Plus d’un particulier sur trois, explique François Roudier, directeur de la communication du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). La LOA permet de louer un véhicule neuf sur une période qui peut aller de 24 à 60 mois avec la possibilité de l’acheter à la fin du contrat. Ainsi, selon le dernier bilan de l'Association française des sociétés financières (ASF), l’an dernier, 73 % des financements de véhicules neufs étaient liés à une LOA. Le recours au crédit est, lui, en chute libre (-10,8 % en 2017).

« Nouvel usage de l’automobile »

« C’est un modèle intelligent élaboré par les constructeurs qui ont compris qu’aujourd’hui tout est mensualisé. Ils ont pensé au forfait voiture », explique Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes. « Les Français sont prêts à consommer leur véhicule comme leur mobile. La notion de propriété est rediscutée. Plutôt que d’acquérir un smartphone pour la somme de 1.000 euros, ils préfèrent souscrire à un abonnement tout compris. L’époque où le modèle du véhicule définissait le statut social est révolue pour la liberté de choix, la recherche de souplesse définie par leur budget, envie, besoins et tendances… définit un nouvel usage de l’automobile », abonde Marion Parot, directrice générale de Zanzicar, une plateforme de vente de véhicules.

Carole, une internaute de 20 Minutes de 36 ans, a opté pour la LOA le mois dernier. « En sachant que de toute façon j’aurais dû prendre un crédit pour la quasi-totalité du coût du véhicule, et en tenant compte de la perte importante de valeur des véhicules assez rapidement, passer par la LOA me permet d’avoir un véhicule neuf. Je pense que la génération de mes parents par exemple est plus réticente par rapport à ce dispositif. »

S’offrir un modèle haut de gamme

David qui a recours à ce système depuis plusieurs années n’y voit que des avantages : « Toujours rouler sous garantie, avoir des mensualités fixes (l’entretien est compris), ne pas avoir de crédit à la banque et le plaisir d’avoir une nouvelle voiture tous les trois ans. » « On paye le prix de la tranquillité », confirme Pierre Chasseray. Et aussi l’opportunité de changer régulièrement de véhicule. Tous les trente-six mois en moyenne au lieu de six ans pour les autres automobilistes, précise Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile.

La LOA, c’est aussi la possibilité de s’offrir un modèle haut de gamme que certains n’auraient pas forcément pu s’offrir autrement. En effet, ce que vous payez chaque mois fait abstraction de la valeur de la voiture une fois le contrat terminé. Ainsi, la mensualité à régler est forcément moins élevée qu’avec un crédit classique. Selon nos confrères de L’Argus, les automobilistes ont payé 26.717 euros en moyenne l’an dernier pour l’achat d’un véhicule neuf, soit presque 900 euros de plus qu’en 2016.

« La LOA permet de rouler à neuf avec un SUV "full option". C’est ce qu’achètent les Français en ce moment », confirme Pierre Chasseray. Et les chiffres, publiés début août, qui font état d’une hausse de 18,9 % des immatriculations de voitures particulières neuves sur an, sont là pour le prouver. Et par ricochet, « les constructeurs français gagnent des parts de marché car ils sont bien positionnés sur les Crossover et les SUV », analyse Flavien Neuvy.

La LOA vaut-elle le coût ?

Mais attention, prévient Pierre Chasseray. Comme toute location, vous avez un état des lieux à l’entrée et à la sortie. Mieux vaut avoir réussi à préserver quasi intacte la carrosserie de votre véhicule pour éviter les pénalités financières. « La seule "inquiétude" que j’ai, est de rendre le véhicule en bon état dans trois ans », confirme Carole. Autre point de vigilance : le kilométrage. « Comme pour une location de courte durée chez un loueur, on a souvent le réflexe de minimiser les distances que l’on va réaliser sur la durée du contrat. Résultat, vous risquez de « prendre la douloureuse à l’arrivée, prévient Pierre Chasseray. A minimiser son budget auto, on minimise la réalité ». « Le vendeur a intérêt à garder le client » pour un nouveau contrat et celui-ci « peut négocier afin que les kilomètres en trop soient offerts », tempère un internaute qui a recours à la LOA depuis… 2003.

Au final, la LOA vaut-elle le coût ? « Tout dépend du profil de chacun », estime Flavien Neuvy. « D’un point de vue économique, il vaut mieux prendre un crédit pour s’acheter une voiture neuve », calcule Pierre Chasseray. Après une longue réflexion, Carole est « très contente d’avoir fait le choix de la LOA ». D’ailleurs, au bout de trois ans, à la fin de son contrat, elle pense repartir sur un nouveau véhicule en LOA.

>> A lire aussi: Pourquoi les Français achètent autant de voitures neuves