En France, le géant du jouet Toys'R'Us est placé en redressement judiciaire

TRIBUNAL Numéro un de la vente de jouets en France, Toys’R’Us avait annoncé mi-mars qu’il cherchait un repreneur…

20 Minutes avec AFP

— 

Un magasin Toys r us, le 13 mars 2018.
Un magasin Toys r us, le 13 mars 2018. — Richard B. Levine/NEWSCOM/SIPA

De l’espoir pour le géant français du jouet. La filiale française du géant américain de la distribution de jouets Toys'R'Us a été placée ce mercredi en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Evry pour une période d’observation de six mois, a indiqué à l’AFP une source syndicale. Une nouvelle audience pour faire un point de situation est prévue le 21 septembre, a précisé Christelle Jordan, déléguée CFDT.

Avec cette procédure, l’objectif de Toys’R’Us France est de « permettre la continuité des négociations (avec un possible repreneur) dans un contexte sécurisé et serein », avait indiqué vendredi dernier une source proche du dossier.

300 millions d’euros de chiffre d’affaires

Numéro un de la vente de jouets en France, Toys’R’Us avait annoncé mi-mars qu’il cherchait un repreneur, à la suite de l’annonce de la mise en liquidation des 735 magasins de l’enseigne aux États-Unis. En 2016, la filiale française (53 magasins, 1.300 salariés) a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 300 millions d’euros.

Les représentants du comité d’entreprise ont « insisté », lors de l’audience devant le tribunal de commerce, « sur l’inquiétude en général des salariés par rapport à leur avenir », a souligné Christelle Jordan, représentante du syndicat majoritaire.

Une proposition de reprise

Selon Le Monde, l’un des repreneurs possibles des magasins français de l’enseigne serait Pierre Mestre, l’actionnaire majoritaire du groupe Orchestra, propriétaire de l’enseigne Prémaman. Le projet consisterait à proposer dans des mêmes magasins les offres des deux enseignes, habillement et puériculture d’une part et jouets d’autre part, selon une source proche du dossier.

Le tribunal de commerce de Paris a reporté mardi au 10 septembre l’examen du plan de continuation présenté par le PDG du groupe.

>> A lire aussi : La Grande Récré, Toys'R'us... Pourquoi les magasins de jouets sont-ils en crise?

>> A lire aussi : Le fondateur de Toys«R»Us décède une semaine après la faillite du groupe

>> A lire aussi : Jouets. 13% étaient non conformes ou dangereux en 2015, selon la Répression des fraudes