Prêt-à-porter: Plus de 460 suppressions de postes chez Jules, Bizzbee et Brice

EMPLOI Le groupe de prêt-à-porter Happychic, appartenant au géant Mulliez, va supprimer 466 postes d'ici 2021...

20 Minutes avec AFP

— 

Des syndicats manifestent en bloquant un entrepôt de la marque Jules, du groupe Mulliez, le 2 juillet 2018.
Des syndicats manifestent en bloquant un entrepôt de la marque Jules, du groupe Mulliez, le 2 juillet 2018. — DENIS CHARLET / AFP

La sentence est tombée pour les employés du groupe de prêt-à-porter. Happychic, qui appartient à la galaxie Mulliez, va supprimer 466 postes d’ici 2020-2021.

Il s’agit d’un « maximum de 466 postes », selon la direction du groupe qui possède aussi les enseignes Jules, Brice, Bizzbee et Gentle Factory. L’entrepôt du Mans et environ 90 magasins vont fermer, selon les syndicats. Dans le détail, il s’agirait de 49 magasins de l’enseigne Brice, 30 de Jules et 10 de Bizzbee, selon Force ouvrière (FO).

Des négociations jusqu’à la fin du mois de novembre

« Je suis révoltée de voir autant de suppressions », a réagi Nadia Ferrante, déléguée FO, dénonçant les « choix stratégiques erronés » de la direction depuis plusieurs années qui ont conduit à cette situation, selon elle. « Ce sont toujours les petits qui subissent les conséquences de ces erreurs », a-t-elle ajouté.

« On y était préparé, mais on espère toujours un chiffre moins élevé », a déclaré Patrick Digon, délégué CFDT. Selon lui, 300 postes devraient être supprimés dans le réseau des magasins, 43 dans la logistique et le reste parmi le personnel administratif du siège à Roubaix. Les négociations du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) devraient commencer fin août et se terminer fin novembre.

>> A lire aussi : Gironde. «Nous ne nous résignons pas», lance Poutou après l'annonce d'un PSE chez Ford

>> A lire aussi : La rupture conventionnelle collective est-elle un plan social déguisé?

>> A lire aussi : Suppressions de postes chez Carrefour. «La plupart des salariés ne croient pas à des repreneurs»