Bernard Arnault est toujours la première fortune de France

COFFRE-FORT Le cumul des fortunes des 500 premières familles, publié par « Challenges », a tout simplement triplé depuis 2009…

R. G.-V. avec AFP

— 

Bernard Arnault conserve la tête du classement en 2018.
Bernard Arnault conserve la tête du classement en 2018. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

« Un plafond jamais atteint encore », note l’hebdomadaire. Le montant cumulé des 500 plus grandes fortunes de France a été multiplié par trois en dix ans, atteignant un record de 650 milliards d’euros, selon le classement 2018 du magazine Challenges à paraître jeudi. La fortune cumulée des plus riches de France représente ainsi près de 30 % du PIB du pays en 2018, contre 10 % en 2009, après la crise financière. C’est une progression de 13 % en un an.

En tête du classement, on retrouve pour la deuxième année consécutiveBernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, et sa famille. Leur fortune de 73,2 milliards d’euros est la première d’Europe et la quatrième mondiale. Avec 40 milliards d’euros, Alain et Gérard Wertheimer, les deux propriétaires de Chanel, passent de la 6e à la 2e place après la révélation récente des résultats consolidés du groupe qui, après des années de discrétion, a annoncé avoir réalisé des ventes de 8,3 milliards d’euros l’an dernier.

La première femme est quatrième

Suivent ensuite les fortunes d’Axel Dumas, le gérant d’Hermès (39,6 milliards), presque à égalité avec Françoise Bettencourt-Meyers, la propriétaire du groupe L’Oréal (39,3 milliards). En cinquième et sixième position, on retrouve Gérard Mulliez pour le groupe Auchan (38 milliards) et François Pinault (groupe de luxe Kering, 30,5 milliards).

Le gérant du groupe de télécommunications et médias Altice - récemment malmené en Bourse -, Patrick Drahi, subit l’une des plus grosses chutes (-48 %) et perd quatre places pour se retrouver 12e du classement. Xavier Niel, fondateur du groupe Iliad/Free, sort lui aussi du top 10. De nouvelles personnalités font leur apparition dans le classement, comme Sadri Fegaier, dirigeant de la société SFAM, spécialisée en assurance des moyens de paiement, qui intègre la 71e place avec une valorisation à 1,4 milliard d’euros.

« Le nombre des milliardaires en euros de notre classement atteint, pour la première fois depuis 1996, la centaine », affirme le magazine qui précise qu'« ils étaient trois fois moins nombreux il y a dix ans ». « En une décennie, le patrimoine des 500 Fortunes de notre classement a progressé de 140 %, quand l’encours d’épargne des Français dans le livret A n’a crû que de 35 % », conclut l’hebdomadaire économique.

>> A lire aussi : Classement Bloomberg: Qui sont les plus grosses fortunes mondiales?