Leclerc: Le groupe d'hypermarchés se lance dans la vente d'objets d’occasion

PRIX BAS Une première expérience va débuter dans le magasin de Roques-sur-Garonne, près de Toulouse, où 700 mètres carrés seront consacrés à la vente d’objets de seconde main…

20 Minutes avec agence

— 

Leclerc a constitué une base de données qui lui permet d'estimer le prix de trois millions d'objets. (illustration
Leclerc a constitué une base de données qui lui permet d'estimer le prix de trois millions d'objets. (illustration — GILE MICHEL/SIPA

Pour s’adapter à la baisse de pouvoir d’achat des Français, le géant de la grande distribution E. Leclerc a décidé de se lancer sur le marché très lucratif des biens d’occasion, rapporte Le Parisien lundi 2 juillet. L’hypermarché de Roques-sur-Garonne, près de Toulouse, expérimente la nouveauté depuis quelques jours.

Les particuliers peuvent y céder des biens d’occasion, car l’enseigne a investi dans une base de données qui lui permet d’estimer le prix de près de trois millions d’objets. À partir du 15 juillet, téléviseurs, téléphones, livres ou encore jeux vidéo seront mis en vente d’occasion dans un espace de 700 mètres carrés.

Un marché occupé par les sites internet

Si le bilan s’avère positif, l’opération pourrait être étendue dans d’autres hypermarchés du groupe. Le modèle mis en place par Leclerc vise à se créer une clientèle captive. Les vendeurs seront payés en cartes cadeau de l’enseigne et les sommes distribuées devront être utilisées pour des achats dans les rayons de l’hypermarché.

Ce marché de seconde main, estimé à six milliards d’euros en France, est principalement occupé par des sites internet comme Le Bon Coin, eBay, ou Marketplace qui représentent 40 % des transactions. Depuis 2012, la vente d’objets d’occasion connaît une progression plus de deux fois supérieure à celle de la consommation des ménages, selon une étude du cabinet spécialisé Xerfi.

>> A lire aussi : Greenpeace dénonce une «omniprésence des pesticides» derrière les prix bas de Leclerc

>> A lire aussi : Leclerc : l'arnaque au faux bon d'achat sévit de nouveau sur les réseaux