Tourisme: La Tunisie voit enfin les voyageurs français revenir

VACANCES Le tourisme dans ce pays avait connu un coup d'arrêt en 2015 en raison de plusieurs attentats, mais ça y est, cet été il redémarre vraiment...

Delphine Bancaud

— 

Une plage de Djerba en Tunisie
Une plage de Djerba en Tunisie — Nico2611/Pixabay
  • Selon  les chiffres du syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) dévoilés ce mardi, la Tunisie accueillera plus de 66.000 Français cet été. 
  • Une reprise du tourisme soutenue par le retour des principaux tour-opérateurs, comme le voyagiste britannique Thomas Cook et le géant TUI France, qui avaient cessé leurs activités en Tunisie après les attentats de 2015.
  • Ce retour de flamme s'explique aussi par le rapport qualité-prix excellent qu'offre cette destination. 

Les palmiers, une eau turquoise, un soleil radieux, la saveur du couscous au poisson et des cornes de gazelle, le sens de l’hospitalité… Ce sont quelques-uns des charmes de la Tunisie que retrouveront cet été les Français. Car après une période de vaches maigres, qui a démarré après les attentats de 2015 à Tunis et à Sousse, le pays de la révolution de jasmin voit enfin revenir les touristes hexagonaux. Selon les prévisions du syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) dévoilées ce mardi, la Tunisie accueillera plus de 66.000 Français cet été (+110 % par rapport à la même époque l’an dernier). « Je pense même que l’on arrivera à 100.000 clients français, voire plus sur tout l’été », explique René-Marc Chikli, le président du Seto.

Une embellie déjà saluée en mai par la ministre tunisienne du Tourisme, Selma Elloumi Rekik : « tous les hôtels affichent complet à Djerba, Hammamet, Sousse et à Mahdia », avait-elle déclaré à l’AFP, en précisant que le secteur touristique affichait une croissance de 32 % de ses recettes pour les cinq premiers mois de l’année. « C’est surtout les hôtels situés à Djerba qui attirent les Français, car cette île apparaît pour les touristes comme une enclave protégée », constate Jean-Pierre Nadir, fondateur d’ Easyvoyage. De son côté, lastminute constate un doublement des réservations pour la Tunisie par rapport à l’année dernière.

« La Tunisie n’a aucun équivalent en termes de rapport qualité prix »

Une reprise du tourisme soutenue par le retour des principaux tour-opérateurs, comme le voyagiste britannique Thomas Cook et le géant TUI France, qui avaient cessé leurs activités en Tunisie après les attentats de 2015. « La Tunisie était pendant longtemps la première destination des Français à l’étranger, car elle offrait le meilleur rapport qualité prix. La situation s’étant calmé sur place, beaucoup d’aficionados de ce pays ont envie d’y revenir et nous les avons suivis dans ce désir », explique à 20 Minutes, Pascal de Izaguirre, le PDG de TUI-France, qui propose quatre nouveaux clubs Lookéa et Marmara cet été, s’ajoutant aux deux ouverts en 2017.

Et pour Ana Domenech, directrice France de lastminute.com, ce regain d’intérêt pour le pays s’explique aussi par les nombreux atouts de la Tunisie : « C’est une destination qui a souffert, mais qui retrouve les faveurs des Français : proximité, soleil, excellent rapport qualité-prix pour un hébergement de qualité ». Même son de cloche chez Jean-Pierre Nadir : « La Tunisie n’a aucun équivalent en termes de rapport qualité prix. Car pour 500 euros la semaine, vous pouvez vous offrir un séjour tout compris, avec la garantie du soleil, une chambre spacieuse avec vue sur la plage, des activités, des professionnels du tourisme qui parlent Français… », explique-t-il. Et pour les retardataires, il y aura encore des bonnes affaires possibles cet été : « On trouve des opportunités en dernière minute aux alentours de 400 euros », précise Ana Domenech. Ce qui attirera sans conteste les jeunes et les familles.

Des efforts sécuritaires qui ont payé

Pour René-Marc Chikli, ce retour de flamme pour la Tunisie s’explique aussi par une prise de conscience des Français : « Ils ont compris qu’aucun pays ne pouvait se targuer d’un risque zéro concernant les attentats. Et qu’aller en Tunisie n’était pas plus dangereux que partir en France », souligne-t-il. D’ailleurs, les autorités ont su mettre en place des mesures efficaces pour renforcer la sécurité des touristes : « Des portiques ont été installés à l’entrée des hôtels, des contrôles de véhicules sont effectués à l’entrée des zones touristiques, des policiers effectuent des rondes sur les plages et la frontière du pays avec la Libye fait l’objet d’une vigilance particulière de la part des autorités », décrit Jean-Pierre Nadir. Pour rassurer les foules, l’Office national du tourisme tunisien a aussi misé sur la communication digitale, une stratégie visiblement payante.

Mais si la reprise semble bien se confirmer pour le tourisme de masse en hôtels, la Tunisie a encore du mal à séduire les touristes préférant voyager par leurs propres moyens et être hébergés dans des chambres d’hôtes. Et alors que ce pays compte plusieurs sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco, trop peu de Français ont l’idée de découvrir le patrimoine culturel de ce pays, en visitant par exemple Amphithéâtre d’El Jem ou la cité punique de Kerkouane. « Il faut aussi que ce pays améliore la qualité de service et la propreté de ses rues et de ses plages », souligne Jean-Pierre Nadir.