Trump critique Harley-Davidson, qui va délocaliser sa production pour éviter les taxes européennes

GUERRE COMMERCIALE Le constructeur estime que les taxes imposées par l'Union européenne augmentent le prix de chaque moto de 2.200 dollars...

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo de la marque Harley-Davidson sur une moto (image d'illustration).
Le logo de la marque Harley-Davidson sur une moto (image d'illustration). — SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les premières conséquences du bras de fer douanier entre les Etats-Unis et l’Union européenne se font déjà sentir. Harley-Davidson annonce transférer sa production de motos destinées à l’exportation hors des Etats-Unis afin d’échapper aux tarifs douaniers européens. Le constructeur de motos américain espère ainsi échapper à la hausse des taxes instaurée par Bruxelles sur les produits américains.

Lundi soir, Donald Trump a critiqué l'entreprise, se disant «surpris» que, «de toutes les entreprises américaines», Harley-Davidson soit «la première à agiter le drapeau blanc». «J'ai bataillé dur pour eux et au bout du compte ils ne paieront pas de droits de douane vers l'Europe (...) Les taxes douanières ne sont qu'un prétexte. Soyez patients», a affirmé le président américain sur Twitter.

2.200 dollars de hausse par moto

La hausse des taxes a convaincu Harley-Davidson de délocaliser sa production. Dans un communiqué publié ce lundi, le constructeur de Milwaukee dans le Wisconsin a déploré que les taxes douanières européennes soient passées de 6 à 31 % sur ses motos entrant sur le marché européen, ce qui augmente le prix au détail de chaque véhicule de 2.200 dollars.

Le groupe, dont l’Union européenne est le second marché derrière les Etats-Unis avec 40.000 motos vendues l’année dernière, indique qu’il ne veut pas répercuter cette hausse de prix sur ses clients. « Cela aurait un impact négatif durable et immédiat sur notre activité dans la région (…) affectant la viabilité de nos concessionnaires », écrit Harley-Davidson.

Un transfert à 30 millions de dollars

En conséquence, le groupe préfère « déplacer la production des motos destinées à l’Union européenne vers ses usines internationales plutôt qu’aux Etats-Unis afin d’éviter le fardeau des droits de douane », explique encore le groupe.

La compagnie prévoit que le coût immédiat des tarifs ainsi que les investissements liés au transfert de production vont affecter les comptes de l’entreprise à hauteur de 30 à 45 millions de dollars pour la fin de l’année 2018. Sur un exercice entier, le coût se montera à entre 90 et 100 millions de dollars.

En réponse à l’imposition par les Etats-Unis de tarifs douaniers sur l'acier (25%) et l'aluminium (10%) européens, l’Union européenne impose une taxe de 25 % depuis le 22 juin sur une série de produits américains allant du beurre de cacahuète au bourbon en passant par les jeans et les motos.

>> A lire aussi : Tabac, maïs et cartes à jouer... La liste des produits américains taxés par l'Union européenne

>> A lire aussi : Guerre commerciale: Macron dit à Trump que les taxes américaines sont «illégales»

 

Mots-clés :