Marseille: Une taxe pour les croisiéristes? Le conseil municipal dit non

ECONOMIE L’opposition socialiste souhaitait la mise en place d’une taxe de séjour pour les nombreux croisiéristes de la cité phocéenne…

M.C. avec AFP

— 

Un bateau de croisière à Marseille
Un bateau de croisière à Marseille — Boris Horvat

C’est non. Ce lundi, le conseil municipal a rejeté l’amendement déposé par l’opposition socialiste demandant la mise en place d’une taxe de séjour pour les croisiéristes débarquant dans le premier port de croisière de France.

« Il est faux » de dire que les croisiéristes ne paient pas de taxe, a souligné lors du conseil municipal l’adjoint aux finances Roland Blum (LR), relevant que « 5 euros par croisiériste » étaient perçus par le Club de la croisière Marseille Provence, réunissant les acteurs de la filière pour la promotion de l’activité. Par ailleurs, par l’intermédiaire de l’armateur, les bateaux paient des taxes au port de Marseille pour financer des investissements, a ajouté l’adjoint.

La taxe d’habitation la plus chère de France

Le président de groupe socialiste Benoît Payan avait déposé un amendement pour demander que comme dans l’hôtellerie, les croisiéristes soient assujettis à la taxe de séjour qui rapporterait selon lui 2 millions d’euros.

« Les Marseillais paient la taxe d’habitation la plus chère de France (…). Dans le moindre dortoir ou palace, on paie une taxe de séjour et une fois de plus on a l’impression que les croisiéristes sont complètement exemptés de ça », s’est offusqué lundi Benoît Payan.

Les « Marseillais ont aussi payé les infrastructures » pour l’accostage des bateaux de croisière, a ajouté l’élu socialiste épinglant au passage la pollution générée par les paquebots.

>> A lire aussi : Marseille: La croisière s’amuse… mais les riverains toussent ?