La France va pouvoir exporter de la viande de bœuf en Chine

ACCORD Le bœuf français était interdit en Chine depuis 2001, à la suite de la crise de la vache folle…

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe et son homologue chinois Li Keqiang ont conclu un accord, le 25 juin 2018.
Edouard Philippe et son homologue chinois Li Keqiang ont conclu un accord, le 25 juin 2018. — Fred DUFOUR / POOL / AFP

Un accord inespéré pour la filière bovine française. Interdit en Chine depuis 2001, le boeuf français pourra de nouveau être commercialisé, selon un accord signé lundi à Pékin en présence du Premier ministre français Edouard Philippe et son homologue chinois Li Keqiang.

Cet accord met fin à 17 ans d’embargo lié à la crise de la vache folle. Il concrétise un engagement obtenu par Emmanuel Macron lors de sa visite en Chine en janvier. Un protocole pour l’exportation de semence bovine française, des agréments pour deux abattoirs porcins et deux établissements de lait infantile (Baby Drink et Candia) complètement l’accord.

30.000 tonnes de bœuf par an

« Ces accords sur lesquels les deux chefs d’Etats s’étaient engagés permettront aux consommateurs chinois d’apprécier l’excellence du terroir français », a estimé Edouard Philippe. « C’est une très très grande nouvelle », « une date historique », s’est félicité le président de la filière bovine française Dominique Langlois.

« On a déjà des contacts avec des acheteurs chinois en attente », a-t-il ajouté en visant un objectif de « 30.000 tonnes » par an, ce qui « serait déjà formidable ». Quatorze pays exportent déjà pour 1,5 million de tonnes de viande bovine par an vers la Chine, qui consomme de plus en plus de boeuf.

>> A lire aussi : Le bœuf et l'éthanol d’Amérique du Sud menacent-ils les agriculteurs français?

>> A lire aussi : VIDEO. Chine. Le conseil inattendu de la police pour survivre à une attaque au couteau