• Un vendeur de SFR conteste son licenciement survenu après un différend avec une salariée de SFR qui se serait présentée comme « la sœur du patron » du groupe, Armando Pereira.
  • La direction affirme que le vendeur a haussé le ton et a manqué de respect à la collaboratrice.
  • Une cliente, qui a rempli un formulaire officiel, défend le témoignage du vendeur.

« Je ne comprends pas du tout ». Pour Steevy M., le choc est rude. Le 14 juin dernier, ce salarié de SFR a reçu sa lettre de licenciement pour « cause réelle et sérieuse ». Il lui est reproché un « manque de respect » envers une autre employée du groupe. Mais son témoignage, que 20 Minutes a recueilli, corroboré par celui d’un témoin, dévoile une tout autre version.

Le 15 mai 2018, Steevy M. travaille à l’espace SFR de Montesson (Yvelines), quand trois clientes rentrent dans la boutique. « L’une d’entre elles, F.P, se présente comme une salariée de SFR La Défense et me demande de photocopier ses feuilles d’imposition, raconte Steevy. J’ai accepté. Elle m’a ensuite demandé de faire aussi des photocopies pour l’une des personnes qui l’accompagnait. Je lui ai alors dit que ce n’était pas possible, que je ne pouvais pas me permettre d’utiliser autant de feuilles de papier au détriment des autres clients ».

« Elle m’a affirmé que j’allais avoir des problèmes »

Selon Steevy M, ce refus a provoqué la colère de la cliente. « Elle me dit, "vous ne savez pas qui je suis, je suis la sœur d’Armando Pereira [le directeur général délégué de SFR]". Elle m’a affirmé que j’allais avoir des problèmes. » Finalement, le responsable de la boutique intervient et accepte de faire les photocopies.

Trois semaines après cet épisode, Steevy est convoqué en entretien préalable au licenciement. Dans la lettre de licenciement, signée par la DRH que 20 Minutes a pu consulter, il lui est reproché de n’avoir réalisé aucune photocopie, et d’avoir « haussé le ton » contre F.P, devant les autres clients en déclarant : « J’en ai rien à foutre, je ne le ferai pas ». « De tels faits portent atteinte à l’image de notre entreprise » précise la lettre.

Un témoignage concordant

Le souci, c’est que Steevy affirme le contraire. « A aucun moment je n’ai haussé le ton. Je suis dans le métier depuis six ans, je n’ai jamais eu aucun avertissement » affirme l’ex-vendeur. Sa version est confirmée par Céline*, une cliente présente dans le magasin au moment de l’incident, et qui n’a aucun lien de parenté ou d’amitié avec le salarié mis en cause. Cette dernière a rempli et signé une « attestation de témoin », un formulaire officiel qui prévoit des poursuites judiciaires en cas de fausse déclaration.

Dans ce formulaire, dont 20 Minutes a pris connaissance, Céline raconte la scène. Selon son témoignage, F.P aurait ainsi ordonné à Steevy « d’exécuter ses désirs ». « Poliment, le jeune employé lui a expliqué qu’il ne pouvait faire autant [de photocopies] au détriment d’autres clients SFR, écrit Céline. Cette dame s’est emportée et d’une voix menaçante devant tout le monde présent dans la boutique lui a textuellement dit : "Vous savez qui je suis ? Je suis la sœur du patron et j’ai le pouvoir vous faire perdre votre emploi". Sans perdre son sang-froid (…) le jeune employé lui a réexpliqué la situation (…) Devant l’acharnement, l’agressivité et les menaces de cette dame face à son employé, son supérieur n’a eu aucune autre solution que de satisfaire les "caprices" de cette dame ».

« J’irai aux prud’hommes »

Face à cette situation, plusieurs syndicats de SFR ont publié un tract mercredi. Ils demandent la « réintégration immédiate » de Steevy et d’un autre collaborateur de SFR licencié, selon les syndicats, en raison d’un différend avec « une proche de la famille de notre actionnaire ».

Contactée, la direction de la communication de SFR a répondu via un mail. « Deux collaborateurs ont été licenciés pour faute. La direction est informée de tout licenciement lié notamment à des comportements non compatibles avec les valeurs de l’entreprise. Nous ne communiquons pas sur tout licenciement ou recrutement. Il n’y a aucun autre sujet. C’est la vie normale des entreprises. »

Quant à Steevy, il annonce avoir pris un avocat pour contester son licenciement. « Quoi qu’il arrive j’irai aux prud’hommes. Tout le monde a peur, personne ne veut se mouiller pour moi » assène-t-il.

 

*Le prénom a été changé.