L'Insee confirme un ralentissement de l'emploi au 1er trimestre

TRAVAIL L'Insee enregistre bien une hausse de la création d'emploi depuis un an, malgré un ralentissement sensible de la courbe...

20 Minutes avec AFP

— 

Un chantier de construction à Paris (image d'illustration).
Un chantier de construction à Paris (image d'illustration). — FRANCOIS GUILLOT / AFP

C’est une bonne nouvelle en demi-teinte. La France a enregistré un douzième trimestre consécutif de créations nettes d’emplois salariés, avec 48.800 nouveaux postes au 1er trimestre, a annoncé ce mardi l’Insee. Ce chiffre marque toutefois un ralentissement de la progression de l’indicateur, qui avait comptabilisé plus de 100.000 créations nettes d’emplois au précédent trimestre.

Dans le détail, l’Insee a recensé 47.700 créations dans le privé et 1.100 dans le public. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a estimé que « la conjoncture du marché du travail restait bonne début 2018 malgré un contexte incertain », qualifiant les créations d’emploi de « dynamiques ».

Pour la Fonction publique, cette quasi stabilisation intervient après deux trimestres de destructions de postes, qui étaient notamment attribuées à la forte baisse du nombre de contrats aidés décidée à l’été 2017 par le gouvernement d’Edouard Philippe.

L’emploi « pas en danger »

Public et privé confondus, l’emploi est toujours dans le vert sur un an : la France a créé 288.200 emplois salariés au cours des 12 derniers mois, pour atteindre un record de 25,17 millions de postes. L’indicateur est également à un plus haut historique dans le seul secteur privé, avec 19,38 millions de postes, avec plus de 301.200 postes créés en un an.

Sur le seul 1er trimestre, les services marchands (+34.600, +0,3 %) sont restés la principale locomotive de l’emploi privé. L’intérim (+4.500, +0,5 %), la construction (+3.600, +0,3 %) et l’agriculture (+3.000, +1,0 %) ont aussi créé des postes.

Les créations d’emplois modérées du 1er trimestre coïncident avec un ralentissement de la croissance (+0,2 %), « beaucoup plus marqué qu’on ne l’attendait », selon le directeur de l’Insee Jean-Luc Tavernier, qui participait aux Rendez-vous de Grenelle. Il a toutefois estimé que « l’emploi n’est pas en danger » pour les prochains trimestres. Sur le 1er trimestre, le taux de chômage mesuré par l’Insee est remonté de 0,2 point, à 9,2 en France entière, après une baisse spectaculaire fin 2017.