Carburant: Pourquoi le prix du gazole atteint un nouveau record

ESSENCE Ce n'est pas juste la remontée des prix du pétrole qui explique cette situation...

M.B. avec AFP

— 

Strasbourg le 02 06 2013. Illutrastion pompe a essence. Diesel.
Strasbourg le 02 06 2013. Illutrastion pompe a essence. Diesel. — G.VARELA / 20MINUTES

Il n’a jamais été aussi élevé en France. La semaine dernière, le gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80 % des volumes, s’affichait ainsi en moyenne à 1,4611 euro le litre, soit 2,24 centimes de plus que la semaine précédente, selon les données hebdomadaires publiées par le ministère de la Transition écologique et solidaire. D’après Auto Plus, le record d’août 2012 est battu (1,459 euro le litre).

Cette hausse s’explique essentiellement par la montée des cours du pétrole, le baril de Brent ayant même brièvement dépassé les 80 dollars la semaine dernière, pour la première fois depuis novembre 2014, du fait des incertitudes autour de l’Iran et du Venezuela.

Tous les prix montent

Résultat, les prix des autres carburants vendus dans les stations-service françaises ont également augmenté de plus de 2 centimes la semaine dernière, dans le sillage de la montée des cours du pétrole. Le litre d’essence sans plomb contenant jusqu’à 10 % d’éthanol (SP95-E10) s’est renchéri de 2,22 centimes à 1,5221 euro le litre, quand celui d’essence sans plomb 95 (SP95) a progressé de 2,32 centimes à 1,5433 euro. Enfin, le litre de SP98 a augmenté de 2,41 centimes, dépassant la barre de 1,60 euro le litre, à 1,6103 euro.

Surplus de dépense pour les ménages

Il y a deux semaines, l’association de défense des consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) alertait sur la remontée des prix du carburant depuis près d’un an. Dans son viseur : les pouvoirs publics et les distributeurs. L’association a constaté « un surplus de dépense compris entre 100 et 225 euros par année » pour les ménages français.

Si l’augmentation du prix du baril joue dans cette flambée à la pompe, « son impact a été assez largement amorti par la forte appréciation de l’euro relativement au dollar », tempérait la CLCV. L’association pointait aussi du doigt la marge de distribution, qui désigne la part du prix qui rémunère le distributeur : « Depuis le début de cette décennie on a assisté à une hausse tendancielle pour atteindre une dizaine de centimes le litre. En outre, cette marge connaît parfois des hausses ponctuellement fortes comme on le constate depuis quelques jours ».

Plus encore, elle soulignait que les carburants sont de plus en plus lourdement taxés, avec l’augmentation de la contribution « climat énergie » et l'alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence. Dans un récent communiqué, l’Union française des industries pétrolières (Ufip), rappelait que ces deux mesures ont renchéri le prix du litre de gazole de 7,6 centimes d’euro depuis le début de l'année.

Mais « la hausse des taxes, censée inciter à diminuer la consommation d’énergie fossile, n’a produit pour l’instant aucun effet de la sorte », a estimé la CLCV, alors que la consommation de carburants a au contraire légèrement progressé. Pour elle, « la hausse de la fiscalité écologique est avant tout une mesure de rendement fiscal » qui « heurte le portefeuille des particuliers ».