Viticulture: La France pourrait-elle manquer de vin rosé cet été ?

PENURIE Alors que le vin rosé est de plus en plus demandé, y compris à l'étranger, la récolte 2017 a été « historiquement faible »...

20 Minutes avec agence

— 

Un verre de vin rosé
Un verre de vin rosé — Gérard Julien AFP

Le rosé, victime de son succès ? Selon Les Echos, le vin star de l’été pourrait venir à manquer cette année. La production annuelle de 24 millions d’hectolitres ne suffirait pas à répondre à l’engouement croissant des consommateurs pour ce vin.

Par ailleurs, la récolte du millésime 2017 a été historiquement faible, ce qui ne risque pas d’arranger les choses. On dénombre 20 millions de bouteilles en moins dans la région de la Provence, qui représente à elle seule un cinquième du volume des exportations françaises. Dans un contexte de tension dû à l’absence de stocks, le prix de la bouteille de rosé pourrait bien augmenter, analyse le quotidien économique.

Un succès mondial croissant

Les Français sont les premiers consommateurs de rosé. En France, une bouteille de vin vendue sur trois est un rosé. La France est également le premier producteur et le premier exportateur de ce type de vin : selon Les Echos, notre pays fournit 32 % des rosés exportés dans le monde.

Ce vin est ainsi de plus en plus demandé à l’étranger, avec une demande mondiale en progression de 31 % sur quinze ans. Une croissance qui s’explique par la diversification de l’offre et la désaisonnalisation progressive du rosé, que l’on peut désormais acheter tout au long de l’année.

>> A lire aussi : Vin de Bordeaux en 2050: «Sous les climats extrêmes, on n’a jamais fait de produits de grande qualité»

>> A lire aussi : Les vignes bretonnes renaissent