La bataille sur les salaires dure depuis plus de trois mois à Air France.
La bataille sur les salaires dure depuis plus de trois mois à Air France. — IBO/SIPA

AVIATION

Grève Air France: Les pilotes de la compagnie sont-ils moins bien payés que leurs concurrents européens?

Le conflit avec la direction n’est pas terminé…

  • La grève pour les salaires se poursuit à Air France ce lundi et ce mardi.
  • Bruno Le Maire juge que les pilotes ont une rémunération déjà élevée.
  • Les syndicats rappellent que des efforts ont déjà été consentis ces dernières années.

Le 15 mai, Jean-Marc Janaillac, le PDG d’Air-France KLM, quittera son fauteuil après l’échec de sa proposition sur l’augmentation des salaires. Mais si l’annonce de son départ a fait chuter l’action du groupe en Bourse, elle n’a pas fait évoluer la position des syndicats, qui réclament toujours 5 % d’augmentation générale pour l’année 2018.

Cette demande est vivement critiquée par le gouvernement. Lors de son interview sur BFM TV dimanche, Bruno Le Maire s’est ainsi montré très virulent envers les exigences des pilotes. « Quand on a le niveau de rémunération actuel des pilotes, que l’on sait que l’entreprise est en danger, on ne demande pas des revendications salariales aussi élevées » a lâché le ministre de l’Economie.

Le sous-entendu est clair : les commandants de bord et autres copilotes de la compagnie n’auraient, selon Bruno Le Maire, pas à se plaindre. L’analyse est pourtant rejetée par le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) : « Je ne gagne pas un centime de plus qu’un pilote d’Easyjet (…) beaucoup moins qu’un pilote de Lufthansa » affirmait mi-avril Philippe Evain, le président du syndicat.

Un salaire dans la moyenne

Alors qui dit vrai ? D’après une enquête du Figaro, les salaires des pilotes et copilotes d’Air France sont dans la moyenne des grandes compagnies européennes. Ainsi, selon le quotidien, un commandant de bord à Air France toucherait en moyenne 250.000 euros brut par an, la même somme que chez Lufthansa. En revanche, sa rémunération nette – dans le cas d’un célibataire sans enfant – est inférieure : 130.000 euros en France, 140.000 euros en Allemagne. Quand aux copilotes, ils touchent en moyenne 45.000 euros net par an en début de carrière, comme chez Lufthansa.

Ces chiffres sont plutôt cohérents avec ceux publiés récemment par Capital, qui a eu accès au bilan social 2016 de l’entreprise. Selon le site spécialisé, un commandant de bord à Air France gagne 17.842 euros en moyenne chaque mois (soit environ 214.000 euros bruts par an). Les copilotes émargent quant à eux à 12.759 euros par mois (153.000 euros par an).

Néanmoins, ces calculs ont une limite évidente : les moyennes, par définition, ne reflètent pas les écarts de salaires au sein d’une même compagnie. Or, à Air France par exemple, les copilotes et les femmes commandants de bord sont moins bien payés que leurs homologues masculins d’après Capital. La question des primes et de l’ancienneté peut également faire varier fortement les rémunérations d’un salarié à un autre.

Comparer les heures de vol

Par ailleurs, la comparaison des salaires bruts (ou nets) n’est pas suffisante. Il faut également s’intéresser au temps de vol cumulé des pilotes. En Europe, la législation impose de ne pas dépasser 900 heures de vol par an pour des questions de sécurité. Selon un article de L’Express publié en 2016, les pilotes d’Air France volent en moyenne 650 heures par an.

Cette durée est inférieure à celle pratiquée par leurs homologues de Lufthansa ou de British Airways, dont la moyenne s’approche plus des 750 heures annuelles. Sans parler des compagnies low-cost (EasyJet, Ryanair), dont les pilotes dépassent souvent les 800 heures de vol par an (selon une étude de 2011), ce qui n’est pas sans conséquences sur leurs conditions de travail. Face à cette situation, les dirigeants d’Air France-KLM ont d’ailleurs lancé ces dernières années plusieurs plans pour tenter d’améliorer la productivité de la compagnie. Les syndicats de pilotes estiment pour leur part qu’ils ont fait assez d’efforts avec le gel des grilles salariales ces dernières années.