Epargne retraite: Le gouvernement veut simplifier le système

FISCALITE Bruno Le Maire veut permettre aux épargnants de récupérer leur pactole en une seule fois...

avec AFP

— 

Prospectus du ministère du Budget sur les pensions retraites, et rentes.
Prospectus du ministère du Budget sur les pensions retraites, et rentes. — GILE Michel/SIPA

Les produits de l’épargne retraite (Perp, Perco, contrats Madelin) peinent à décoller en France. Ils représentent seulement 200 milliards d’euros de placement, à comparer aux 1.700 milliards d’euros accumulés par les assurances vies. Le gouvernement veut changer cette répartition, estimant que l’assurance-vie ne finance pas assez les entreprises.

Dans un entretien accordé au Parisien publié mercredi, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire annonce les principales pistes pour dynamiser l’épargne retraite. Actuellement, elle permet au particulier d’accumuler un pécule - les versements étant généralement déductibles des impôts - qui ne pourra lui être distribué qu’à la fin de sa vie active, afin de compléter la pension versée par le système de retraite par répartition.

Le secteur de l’assurance inquiet

Premier changement : « Contrairement à aujourd’hui, lorsque vous changerez d’entreprise ou de métier, votre compte d’épargne retraite vous accompagnera », a expliqué le ministre. Second changement : « Chacun sera libre de sortir le fruit de son épargne volontaire, mais aussi de l’intéressement et de la participation, soit en capital soit en rente », a ajouté le ministre.

Autrement dit, le particulier pourra récupérer son épargne retraite en une seule fois, alors que ces produits prévoient généralement un versement sous forme de rente, soit un revenu régulier assuré jusqu’au décès de l’épargnant. Même si Bruno Le Maire promet un dispositif « fiscalement avantageux » en cas de sortie en rentes, cette annonce va à l’encontre des revendications du secteur de l’assurance, dont ce système constitue une chasse gardée, et dont de multiples dirigeants ont mis en garde ces derniers mois quant à une généralisation de la sortie en capital sur les produits de retraite.

>> A lire aussi : Les taux bas, douloureux pour les entreprises adeptes des retraites complémentaires

>> A lire aussi : Epargne: Après le PEL et l'assurance vie, le Livret A dans le viseur du gouvernement