Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
FISCALITEBruno Le Maire défend la suppression de l'«exit tax»

Suppression de l'«exit tax»: Bruno Le Maire promet des créations d'emplois «pour tous les Français»

FISCALITE
« Cette taxe ne rapporte quasiment rien » a-t-il assuré…
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances.
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances.  - Romain BEURRIER-POOL/SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est défendu jeudi de mener une politique « socialement injuste », assurant que la suppression de l'« exit tax », annoncée par Emmanuel Macron, visait à « créer de l’emploi pour tous les Français ».

« Cette exit tax (littéralement taxe de sortie) », mise en place par Nicolas Sarkozy en 2011 afin de freiner l’exil fiscal des chefs d’entreprise, « n’a pas lieu d’être », a affirmé le ministre sur le plateau de l’émission Les 4 vérités, diffusée sur France 2. « Cette taxe ne rapporte quasiment rien », a poursuivi le ministre, évoquant un rendement de moins de 15 millions d’euros par an, alors que d’autres sources estiment la recette entre 50 et 70 millions d'euros par an.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La suppression de cet impôt - qu’Emmanuel Macron souhaite effective dès 2019 - va « inciter les investisseurs à venir. Ils savent que s’ils viennent, ils ne seront pas piégés avec une « exit tax » qui les empêcherait à un moment ou à l’autre, s’ils le souhaitent, de repartir de France », a ajouté Bruno Le Maire.

« C’est un cadeau pour l’attractivité de la France »

Cette annonce, qui ne figurait pas dans le programme présidentiel d’Emmanuel Macron, même si elle avait été relevée par plusieurs revues spécialisées, a suscité une salve de critiques contre la politique économique du gouvernement, accusé de faire un nouveau « cadeau fiscal » aux « très riches ».

« C’est un cadeau pour l’attractivité de la France », a rétorqué Bruno Le Maire, qui était aussi ministre… de Nicolas Sarkozy lorsque cette taxe avait été instaurée. « L’objectif, c’est avoir des emplois pour tous les Français », a-t-il ajouté. Selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances publié jeudi, 72 % des Français jugent la politique économique d’Emmanuel Macron « injuste », 58 % des personnes interrogées en ayant par ailleurs une mauvaise opinion.

Sujets liés