Le cachet ne passe pas dans les hypers

SANTE Selon un sondage réalisé en exclusivité pour «20 Minutes»...

Angeline Benoit

— 

Infographie : vente de médicaments dans les supermarchés: le sondage
Infographie : vente de médicaments dans les supermarchés: le sondage — IDE

Les clients des hypermarchés ne sont pas en mal de médicaments. Alors que le patron de Super U, Serge Papin, affirmait mercredi sur France Info que ses clients «ne comprennent pas» le monopole des pharmacies, un sondage réalisé pour «20 Minutes» montre le contraire. La grande distribution, avec les magasins Leclerc en tête, souhaite pouvoir vendre les 200 à 300 médicaments que les pharmaciens pourront mettre «devant le comptoir» à partir de mai. Une ordonnance n'est pas obligatoire pour ces produits dont la liste n'est pas encore arrêtée. Mais les hypers affirment qu'ils vendraient moins cher ceux qui ne sont pas remboursés.

«Ils sont d'accord quand ils savent ce qu'ils ont, pour des maladies connues, mais dès qu'il y a un risque, il n'est plus question d'automédication», analyse François Miquet-Marty, directeur de l'institut de sondage, Viavoice. Si 62% des sondés le font pour «quelques maladies» (surtout des maux de tête et des rhumes) afin de «gagner du temps», 73% ne souhaitent pas «recourir à davantage de médicaments sans avis médical préalable».

>>>> L'intégralité du sondage réalisé pour «20 Minutes», en cliquant ici...

accès
Les médicaments pour lesquels une ordonnance n’est pas obligatoire représentent 19% du marché et sont remboursés pour 73% d’entre eux. Pour les autres, les prix sont libres car ils ne sont pas assez efficaces pour justifier une prise en charge par la Sécu. Bientôt, les pharmacies pourront choisir (à partir d’une liste) d’en mettre en libre-service, avec des fiches d’information, qu’ils soient remboursés ou non. La liste des médicaments remboursés est consultable ici et les avis de la Haute Autorité sur les médicaments sont là...