7E7: Boeing veut reprendre les commandes

© 20 minutes

— 

Affaibli par un scandale et les succès d’Airbus, Boeing compte sur son nouveau 7E7 pour se rétablir. Le conseil d’administration du groupe américain devrait donner son feu vert, aujourd’hui, à ce « Dreamliner ». Un « appareil de rêve » destiné à regagner les parts de marché cédées au concurrent européen. Comment ? Le 7E7 pourra transporter jusqu’à 250 passagers, sur plus de 15 000 km. Aussi loin que le Boeing 777, mais en consommant 20 % de carburant en moins. Coût du projet, selon The Economist : 7 milliards de dollars. L’avion entrerait en service en 2008. Deux ans après l’A380, l’Airbus qu’il devra concurrencer. Ce sont en fait deux conceptions qui s’affrontent. Avec 555 places, l’A380 permettra aux compagnies de transporter leurs clients d’une plate-forme (un « hub ») à l’autre, où des correspondances leur seront proposées. Une stratégie déjà adoptée par le Boeing 747. Le groupe américain a finalement décidé, lui, de privilégier les vols directs. Mais il a longtemps hésité. Il a d’abord songé à agrandir son 747. Puis à lancer le « Sonic Cruiser », dont la vitesse devait frôler celle du son. Futuriste peut-être, mais rejeté faute de clients. Alors que l’A380 affiche déjà, lui, 129 commandes. Sorti de sa retraite après un scandale lié à plusieurs contrats militaires (lire l’encadré), le nouveau PDG, Harry Stonecipher, mise donc gros sur le futur « appareil de rêve ».

scandale Une cadre de l’armée de l’air américaine aurait informé Boeing sur une commande de 100 avions ravitailleurs, puis a été embauchée. Le PDG, Phil Condit, a dû démissionner le 1er décembre.