Nantes: A la foire internationale, des médiateurs pour aider à régler les conflits

CONSOMMATION Un stand d'un genre nouveau a fait son apparition au sein du plus grand événement commercial du Grand Ouest, qui se déroule jusqu'à lundi au parc des expos...

Julie Urbach

— 

La foire internationale de Nantes
La foire internationale de Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • En plus de faire des achats, de déguster des produits ou de participer à des animations, les visiteurs de la Foire internationale de Nantes peuvent s'adresser à des médiateurs.
  • Un service qui a pour objectif de « favoriser un business serein »

« Allez on se fait plaisir ! » Jusqu’à lundi prochain, la traditionnelle foire de Nantes bat son plein au parc des expos de la Beaujoire. Et alors que plus de 500 commerçants continuent à accueillir les 80.000 visiteurs qui vont s’y presser, un stand d’un genre nouveau a fait son apparition. Ici, pas d’objet ingénieux à acheter ni de saucisson à goûter : depuis deux ans, on y règle les conflits et litiges qui peuvent éclater à l’occasion du premier événement commercial de l’Ouest. Et ce sans passer par la case tribunal.

Le stand des médiateurs voit ainsi passer des cas divers, une dizaine l’an dernier. Des vendeurs un peu échaudés qui se disputent la limite d’un stand, des questions de consommation, ou encore des acheteurs qui regrettent finalement d’avoir craqué pour ce canapé, qui ne rentre même pas dans leur salon. Problème, sur une foire, le droit de rétractation n’existe pas…

« Un business serein »

« On n’est pas là pour annuler la vente mais pour trouver une solution, en accord avec les deux parties, explique Anaïs Auffray, médiatrice professionnelle. L’objectif est qu’elles puissent discuter sereinement, ne pas céder à leurs émotions. Dans ce contexte, l’exposant peut accepter de refaire un devis, voire d’échanger le produit. Tout est imaginable quand on lève les quiproquos. » Selon les médiateurs, 80 % des litiges (quels qu’ils soient) peuvent être réglés de la sorte, en une journée.

Un service pris en charge par Exponantes, l’organisateur de la foire, qui espère ainsi « favoriser un business serein ». Dans la même optique, un huissier de justice veille aussi à ce qu’une charte des bonnes pratiques soit respectée par les exposants, tout au long de l’événement.

484 euros d’achat en moyenne

« Malheureusement, à chaque mois d’avril, on reçoit des requêtes de gens qui regrettent d’avoir signé, témoigne Hervé Le Borgne, président de l’UFC-Que Choisir à Nantes. Nous conseillons aux visiteurs d’aller à la foire davantage pour se renseigner, que pour acheter. Il ne faut pas oublier que le commerçant paye son emplacement. »

« La foire est une connexion incontournable pour les vendeurs et les acheteurs. Ils ne trouveront nul autre endroit pour comparer, tester, hésiter puis se décider pour un petit achat ou plus conséquent, indique Exponantes. 95 % des visiteurs sont satisfaits du confort de la foire, et 82 % recommandent l’événement » Selon les organisateurs, si un tiers des visiteurs vient avec une idée en tête, deux sur trois réalisent finalement des achats, pour un montant moyen de 484 euros.