Carlos Tavares, patron de PSA, empoche un million d'euros pour le rachat d'Opel

PACTOLE Cette nouvelle intervient alors que les salariés allemands d’Opel sont en grande difficulté…

20 Minutes avec AFP

— 

Carlos Tavares, patron de PSA, le 1er mars 2018.
Carlos Tavares, patron de PSA, le 1er mars 2018. — Thibault Camus/AP/SIPA

La nouvelle risque de contrarier les ouvriers allemands d’Opel, en plein plan de départs volontaires. Le patron de PSA Carlos Tavares va toucher une rémunération exceptionnelle d’un million d’euros, liée à la mise en œuvre du plan de redressement de sa filiale allemande Opel, selon le document de référence du groupe automobile consulté ce vendredi.

Cette prime permet à Carlos Tavares de porter sa rémunération totale à 6,7 millions d’euros au titre de l’année 2017, contre 4,7 millions en 2016 et 5,2 millions en 2015. La publication de ces informations réglementaires, consultables sur le site internet du groupe, intervient au moment où la filiale Opel/Vauxhall, acquise à l'été 2017, vient d’annoncer un plan de départs volontaires pour ses salariés allemands.

Une prime déjà prévue au moment du rachat

La marque à l’éclair perd de l’argent de façon chronique depuis une vingtaine d’années. Selon le document de référence de PSA, une rémunération exceptionnelle d’un million d’euros sera attribuée à Carlos Tavares pour « l’élaboration et la mise en place du plan de redressement d’Opel Vauxhall ».

>> A lire aussi : Salaire de Carlos Tavares. Le dirigeant de PSA se considère «comme un joueur de football»

Cette prime « est liée aux enjeux que représente l’acquisition d’Opel/Vauxhall, en termes de changement de dimension du groupe, et sur la nécessité de redresser la situation d’Opel le plus rapidement possible », a déclaré un porte-parole du groupe. Ces primes liées à une acquisition sont courantes dans le monde des affaires.