Bruno Le Maire exclut tout report du prélèvement à la source, prévu pour 2019

IMPOT Le patronat craint un effet « psychologiquement terrible » pour les salariés qui vont voir leur salaire amputé au 1er janvier 2019…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, le 22 mars 2018.
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, le 22 mars 2018. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Pas de marche arrière pour le gouvernement. Ce lundi, Bruno Le Maire a exclu de reporter d'un an la mise en place du prélèvement de l'impôt à la source, prévue au 1er janvier 2019, et réclamée par le Medef.

« On ne fait pas une politique avec des moratoires, sinon on n’avance pas beaucoup », a assuré Bruno Le Maire sur Franceinfo. Le président du Medef, Pierre Gattaz, a demandé dimanche un moratoire d’un an sur cette réforme du quinquennat Hollande, pour des « tests complémentaires » et par crainte d’un effet « psychologiquement terrible » pour les salariés qui vont voir leur salaire baisser le 1er janvier.

Adapter l’impôt aux revenus

« J’entends les inquiétudes des chefs d’entreprise, j’entends les inquiétudes des PME », a ajouté Bruno Le Maire. « Nous allons regarder très attentivement » pour voir « comment on peut répondre aux inquiétudes », a-t-il poursuivi. La collecte de l’impôt au moment du versement du salaire, et non plus un an après comme actuellement, doit permettre d’ajuster automatiquement le niveau d’imposition aux variations de revenus.

>> A lire aussi : Prélèvement à la source. Le fisc envisage de sous-traiter des appels de contribuables

Cette réforme devait initialement entrer en vigueur début 2018 mais a été reportée d’un an au 1er janvier 2019 par le gouvernement d’Edouard Philippe. « Nous nous sommes donné du temps pour améliorer le dispositif », a rappelé le ministre. Aussi « il s’appliquera au 1er janvier 2019 […] c’est le délai qui a été fixé, il sera tenu ».