Région Paca: Dix opérateurs déjà intéressés par l'ouverture à la concurrence dans les TER

TRANSPORTS La collectivité souhaite ouvrir ce marché à d'autres entreprises dès décembre 2019...

F.B. avec AFP

— 

Un train TER en gare de Marseille.
Un train TER en gare de Marseille. — PATRICK VALASSERIS

Il y aurait déjà affluence sur les quais. La région Paca, qui veut ouvrir à la concurrence le plus tôt possible son réseau de TER, a reçu les candidatures de dix opérateurs potentiels à son appel à manifestation d’intérêts, selon son responsable des transports.

>> A lire aussi : Faut-il ouvrir les TER à la concurrence en Paca?

« Nous avions tablé sur dix candidats qui répondraient à notre appel à intérêt, cela nous conforte donc dans notre position », a expliqué Philippe Tabarot, vice-président délégué aux Transports de la région. La collectivité veut être la première en France à ouvrir ce marché à la concurrence, et si possible dès décembre 2019.

Des candidats français et étrangers pour trois lignes

Avant de pouvoir lancer un appel d’offres quand la législation le permettra, elle a entrepris de présélectionner les opérateurs intéressés, en leur proposant trois lignes : Marseille-Toulon-Nice-Monaco-Vintimille, Marseille-Briançon et Nice-Breil-Tende.

>> A lire aussi : Le gouvernement veut ouvrir les TER à la concurrence dès 2019

« Il y a des entreprises publiques et des entreprises privées, des entreprises françaises et des entreprises étrangères, toutes des entreprises qui font référence en matière de ferroviaire, cela montre l’intérêt pour notre démarche », a indiqué l’élu.

Selon la revue spécialisée Ville, Rail & Transports, qui a révélé l’information, Arriva (filiale de la Deutsche Bahn allemande), Keolis (filiale de la SNCF), le hongkongais MTR associé à un partenaire britannique, RATP Dev (filiale de la RATP), RDT 13 (la Régie départementale des Bouches-du-Rhône, opérateur de fret), Thello (filiale française de la compagnie italienne Trenitalia) et Transdev (filiale de la Caisse des Dépôts et de Veolia) seraient sur les rangs.

La SNCF est également dans la course

« Il ne s’agit que d’une première étape de leur part, elles n’ont pas encore reçu le cahier des charges détaillé et nous n’avons pas reçu leurs propositions détaillées, a indiqué Philippe Tabarot. A partir du 15 avril, nous allons envoyer les dossiers de consultation, et nous attendons leurs réponses d’ici la fin juin ou la fin juillet. »

>> A lire aussi : Les Azuréens vont goûter à la concurrence (un peu en avance) sur les rails

« Nous avions prévu trois lots au départ, en lançant la procédure, mais les opérateurs pourront faire des propositions pour d’autres lots », a encore précisé le responsable.

Un porte-parole de la SNCF a indiqué que l’opérateur historique français était évidemment dans la course, puisqu’il négocie actuellement une nouvelle convention avec la région.