Macron en Inde: On fait le point sur la moisson de contrats qui atteint les 13 milliards d'euros

GROS SOUS L'Elysée a annoncé un total de 20 contrats pour un montant de 13 milliards d'euros...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron en Inde le 10 mars 2018.
Emmanuel Macron en Inde le 10 mars 2018. — Ludovic MARIN / AFP

Il n'est pas venu pour rien. Emmanuel Macron a multiplié samedi à New Delhi les gestes et les déclarations d'amitié envers l'Inde. «Le sens de cette visite est de faire de l'Inde notre premier partenaire stratégique de la région, et que la France devienne votre premier partenaire stratégique en Europe, et plus largement en Occident», a lancé samedi le président français dans la capitale indienne en rencontrant une nouvelle fois le Premier ministre Narendra Modi, comme il l'a fait à plusieurs reprises depuis son arrivée la veille au soir.

Malgré toutes leurs différences, l'Inde et la France «ont les mêmes intérêts et la même vision du monde», a assuré le chef de l'Etat français, qui ne cache pas son ambition de profiter du Brexit pour remplacer la Grande-Bretagne comme partenaire privilégié de New Delhi en Europe. En attendant, Paris a engrangé quelques nouveaux contrats économiques. L'Elysée a annoncé un total de 20 contrats pour un montant de 13 milliards d'euros «avec 50% de part française», et 200 millions d'euros d'investissements en Inde. Voici le détail.

  • Un gros contrat pour Safran

Le groupe aéronautique français doit signer samedi un contrat de 12 milliards d'euros avec la compagnie aérienne indienne à bas prix SpiceJet pour la fourniture et la maintenance de moteurs d'avions, a annoncé l'Elysée. Il s'agit de Boeing 737 MAX, version remotorisée du moyen-courrier du constructeur américain. Safran  va par ailleurs investir dans une usine de câblage dans le Telangana (sud de l'Inde).

  • La signature de six EPR espérée «avant la fin de l'année»

EDF et le groupe public indien Nuclear Power Corporation of India Limited (NPCIL) ont signé un accord industriel, qui a pour objectif d'aboutir à la fin de l'année, selon l'Elysée et l'électricien français EDF, à la vente de six réacteurs nucléaires EPR, un projet dont les négociations sont en cours depuis près de 10 ans, dans un pays où l'environnement des affaires est notoirement compliqué et lent.

D'une puissance de près de 10 GW, la centrale de Jaitapur (côte sud-ouest de l'Inde) est présentée comme le plus grand projet nucléaire au monde, mais fait l'objet de contestations en matière d'environnement.

  • Trois contrats pour Alstom

Le constructeur ferroviaire français a annoncé avoir décroché trois contrats en Inde, pour un montant total de 75 millions d'euros. Deux portent sur l'alimentation électrique de métros, avec les sociétés indiennes Mumbai Metro Rail Corporation et Jaipur Metro Rail Corporation, le troisième concerne de nouveaux trains pour la Chennai Metro Rail Corporation.

  • Un contrat pour Suez

Le contrat signé par Suez, deuxième groupe mondial pour le traitement des eaux et des déchets porte sur la distribution d'eau potable et la modernisation du réseau à Davangere (dans le sud de l'Inde).

  • Une moisson de petits contrats et accords de principe

Par ailleurs, l'Elysée cite, dans son communiqué, un accord signé par le groupe d'ingénierie Egis (filiale de la Caisse des dépôts, CDC) pour le design de trois aéroports, un protocole d'accord pour la firme parisienne Enia Architectes pour le design de gares du métro de Pune (grande métropole située dans l'ouest de l'Inde), ou encore un contrat pour la maison Roucadil, une société familiale basée dans le Lot-et-Garonne, pour l'exportation de pruneaux d'Agen.