Macron en Inde: Un contrat de 12 milliards d'euros pour Safran avec la compagnie aérienne SpiceJet

JACKPOT Cette signature de contrat intervient à l'occasion de la visite d'État de trois jours en Inde du président français Emmanuel Macron...

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi le 10 mars 2018 à New Delhi.
Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi le 10 mars 2018 à New Delhi. — Ludovic MARIN / AFP

Champagne. Le groupe aéronautique français Safran va conclure samedi un contrat de 12 milliards d’euros avec la compagnie aérienne à bas prix indienne SpiceJet pour la fourniture et la maintenance de moteurs d’avions, a annoncé l’Élysée. Cette signature de contrat intervient à l’occasion de la visite d'État de trois jours en Inde du président français Emmanuel Macron, destinée à renforcer les liens politiques et économiques avec le géant démographique d’Asie du Sud.

Les détails exacts de ce marché n’étaient pas connus dans l’immédiat. Le contrat doit être formellement signé dans l’après-midi par les patrons des deux groupes. Les retombées économiques devraient également profiter aux partenaires indiens de Safran, dans des proportions qui restaient à préciser.

Boom de l’industrie aérienne

La très compétitive industrie aérienne de ce pays de 1,25 milliard d’habitants a connu un boom ces dernières années, portée par l’émergence d’une classe moyenne qui voyage davantage. Le transport aérien croît en Inde d’environ 20 % par an. De moins de 20 millions par an en 2004, près de 117 millions de passagers ont pris l’avion en Inde en 2017, selon des chiffres de l’aviation civile indienne.

Via des subventions et avantages fiscaux, New Delhi incite par ailleurs les compagnies aériennes à ouvrir davantage de liaisons régionales sur des lignes moins fréquentées. Le secteur est dominé par la compagnie à bas prix IndiGo, avec près de 40 % de parts de marché. SpiceJet en représente environ 13 %, au même niveau que le transporteur public Air India.

Un gros contrat pour EDF ?

Le déplacement d’Emmanuel Macron pourrait aussi permettre à EDF de signer d’ici la fin de l’année la vente de six réacteurs nucléaires de type EPR à l’Inde, un dossier en négociations depuis près d’une décennie. EDF et son homologue indien Nuclear Power Corporation of India (NPCIL) ont signé samedi à New Delhi un accord portant sur le schéma industriel du projet de centrale de Jaitapur (côte sud-ouest). « Nous espérons une signature définitive d’accord avant la fin de l’année », a-t-on indiqué à l’Élysée. Sur Twitter, le patron d’EDF semblait ravi.