SNCF: Guillaume Pepy ne sollicitera pas de troisième mandat en 2020

TRANSPORTS « J’ai un mandat jusqu’en 2020. Voilà. Merci beaucoup »...

C. Ape. avec AFP
— 
Le patron de la SNCF Guillaume Pepy
Le patron de la SNCF Guillaume Pepy — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Il ne sera bientôt plus à la tête du navire SNCF. Guillaume Pepy, qui dirige l’entreprise ferroviaire depuis une décennie, a annoncé ce mercredi qu’il ne sollicitera pas un troisième mandat.

>> A lire aussi : Guillaume Pepy ne s'attend pas à une grève des cheminots

« Comme mes prédécesseurs, Louis Gallois et Jacques Fournier qui ont fait deux mandats, je pense que je ne solliciterai pas de troisième mandat », a-t-il expliqué alors que le gouvernement entend lancer une importante réforme du groupe public. « J’ai un mandat jusqu’en 2020. Voilà. Merci beaucoup », a-t-il dit. Et le dirigeant du groupe d’estimer qu'« après une dizaine d’années à la SNCF, je pense qu’il est bien qu’il y ait un œil neuf ».

« Coup de gueule » de Pepy contre le « cheminot bashing »

Réenfilant son costume d’actuel patron de la SNCF, Guillaume Pepy a lancé « un coup de gueule » contre le « cheminot bashing », expliquant que l’entreprise doit se réinventer en misant sur les compétences de ses cheminots.

« En ce moment, on est vraiment dans une période de SNCF bashing et de cheminot bashing (le dénigrement systématique), et j’en ai assez. Je trouve que c’est nul et que c’est inutile », a-t-il expliqué, précisant que le gouvernement n’était « pas en cause ».

>> A lire aussi : La CGT «pas rassurée du tout» après sa rencontre avec la ministre Elisabeth Borne

A ceux qui disent « les cheminots sont des fainéants », il répond : « non il n’y a pas de prime de charbon, non il n’y a pas 28 jours de RTT. En revanche, oui, il y a de l’engagement, il y a de la compétence et il y a des efforts. »

Pour le président du conseil de surveillance du groupe SNCF et PDG de SNCF Mobilités, il s’agit surtout « de s’adapter ». La SNCF, pour « rester elle-même, c’est-à-dire un grand service public pour les Français, il faut qu’elle se réinvente », non pas avec moins de trains mais pour « rendre un meilleur service avec l’argent qu’on y met », a-t-il ajouté.