Guerre commerciale: L'Europe va riposter contre le bourbon, Harley Davidson et Levi's

ECONOMIE L’Union européenne réagit après les taxes annoncées par Trump sur l’aluminium et l’acier…

20 Minutes avec AFP

— 

Des motos Harley Davidson (illustration).
Des motos Harley Davidson (illustration). — Charles Krupa/AP/SIPA

Donald Trump veut sa guerre commerciale, il l’aura. L’Union européenne prépare des mesures de rétorsion sur des entreprises dont « Harley-Davidson, le bourbon et Levi’s » après l’annonce par le président américain de son intention de taxer fortement les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis.

« Nous allons mettre en place des contre-mesures concernant les droits d’importation de produits américains, notamment Harley-Davidson, le bourbon et les jeans Levi’s », a expliqué le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker vendredi soir lors d’une réception auprès du maire de Hambourg (nord de l’Allemagne).

Si les Etats-Unis veulent instaurer des barrières, « nous serons aussi stupides » qu’eux, a averti Jean-Claude Juncker, précisant qu’il aurait « préféré que nous ne le faisions pas ». « Je regrette son choix (…) mais l’Europe doit se défendre et elle va se défendre », a-t-il expliqué.

Trump improvise

Un peu plus tôt dans l’après-midi, le président de la Commission européenne avait déclaré que l’UE ne resterait « pas les bras croisés lorsque l’industrie et les emplois européens seront menacés », ajoutant que « l’Europe (avait) besoin d’une politique commerciale capable de se défendre : nous ne serons pas naïfs ».

Donald Trump a annoncé jeudi soir son intention d’imposer la semaine prochaine des droits de douane de 25 % pour l’acier et de 10 % pour l’aluminium sur les importations aux Etats-Unis afin de protéger l’industrie sidérurgique nationale. Il n’a toutefois pas dit quels pays seraient visés. Selon NBC, le président américain et son secrétaire au commerce n’avaient préparé aucun examen des mesures et n’ont briefé personne.

La guerre peut encore être évitée

En milieu de journée vendredi, le vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, avait néanmoins estimé auprès de l’AFP qu’il restait « une fenêtre d’opportunité » afin d’éviter une guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Il a expliqué que ces contre-mesures européennes, déjà « prêtes depuis un certain temps », seraient en conformité avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et qu’elles compenseraient en valeur les pertes potentielles pour l’industrie européenne, deuxième producteur mondial d’acier après la Chine.