Assurance chômage: L'Unédic voit le chômage baisser et ses comptes s'améliorer

EMPLOI Le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT), mesuré par l’Insee, reculerait, fin 2019, à 8,4 % de la population active, contre 8,9 % aujourd’hui...

20 Minutes avec AFP

— 

Un stand Pole emploi dans un salon sur l'emploi le 28 mai 2015  à Lille
Un stand Pole emploi dans un salon sur l'emploi le 28 mai 2015 à Lille — Philippe Huguen AFP

Les déficits de l’assurance chômage devraient nettement se réduire en 2018 et 2019, à la faveur d’une baisse de 202.000 chômeurs sur les listes de Pôle emploi d’ici fin 2019, selon une note de l’Unédic publiée mercredi.

>> A lire aussi : Indemnisation des démissionnaires, gouvernance... Ce que contient la proposition de réforme de l'assurance chômage

Selon le gestionnaire de l’assurance chômage, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A (sans activité) diminuerait de 76.000 personnes en 2018 en France entière, puis de 126.000 en 2019. Les chiffres de Pôle emploi passeraient ainsi de 3,7 millions de personnes fin 2017 à 3,5 millions fin 2019. Le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT), mesuré par l’Insee, reculerait, fin 2019, à 8,4 % de la population active, contre 8,9 % aujourd’hui.

Les déficits reculeraient à 2 milliars d'euros

Les projections de l’Unédic se basent toutefois sur une prévision de croissance de 2,0 % en 2018 et de 1,8 % en 2019. Pour 2018, il s’agit de prévisions plus optimistes que celles du gouvernement (1,7 %), de l’OCDE (1,8 %) et du FMI (1,9 %).

Conséquence de la baisse du chômage : les déficits de l’assurance chômage, qui s’élevaient à 3,6 milliards d’euros en 2017, reculeraient à 2,0 milliards cette année et à 595 millions l’année prochaine. Sa dette totale culminerait à 36,2 milliards fin 2019. L’assurance chômage serait ainsi « proche de l’équilibre en 2019 », se réjouit l’Unédic dans sa note.

L'Unedic optimiste

L’Unédic est nettement plus optimiste que lors de son dernier exercice de prévision, publié en octobre dernier. L’organisme tablait à l’époque sur des déficits de 3,3 milliards d’euros en 2018. Mais selon le gestionnaire de l’assurance chômage, la « conjoncture plus favorable » n’est pas le seul facteur.

>> A lire aussi : Le durcissement du contrôle des chômeurs sera-t-il vraiment efficace ?

L’amélioration des comptes serait aussi due, « pour un tiers », aux effets de la convention d’assurance chômage conclue par les partenaires sociaux en avril 2017 et entrée en vigueur en octobre dernier. Ces nouvelles règles devraient permettre, selon l’Unédic, une économie de 1,3 milliard d’ici à fin 2019. Les prévisions ne tiennent toutefois pas compte de la future indemnisation des salariés qui démissionnent en vue d’une reconversion.