Illustration d'une agence Pôle emploi.
Illustration d'une agence Pôle emploi. — A. GELEBART / 20 MINUTES

EMPLOI

Indemnisation des démissionnaires, gouvernance... Ce que contient la proposition de réforme de l'assurance chômage

Syndicats et patronat ont finalisé jeudi soir un projet de réforme...

Indemnisation des démissionnaires, lutte contre la précarité, gouvernance… En marge de la réforme sur la formation professionnelle, syndicats et patronat ont finalisé ce jeudi un texte de réformes concernant  l’assurance-chômage.

Les partenaires sociaux ont abouti à un compromis global mais les syndicats ont demandé au gouvernement de s’engager à respecter l’intégralité de leur texte avant d’y apposer leur signature. Voici les principaux points que contient cette proposition de réforme.

  • Indemnisation des démissionnaires

Les salariés qui démissionnent avec un « projet de reconversion professionnelle » pourraient bénéficier d’une indemnisation chômage, dont le montant et la durée seraient équivalents aux allocations-chômage de droit commun. Pour être éligible, il faudrait justifier, au minimum, d’une ancienneté « ininterrompue » de sept ans dans l’emploi et avoir un projet de reconversion nécessitant une formation qualifiante ou une formation complémentaire après une validation des acquis de l’expérience. Le projet devrait répondre « aux besoins du marché du travail ».

>> A lire aussi : Coup d'envoi des négociations sur la réforme de l'assurance chômage

Le caractère « réel et sérieux » du projet devrait être validé, en amont de la démission, par une « attestation » délivrée par une « commission paritaire régionale ». En cas de refus, le salarié pourrait compléter son dossier dans un délai d’un mois et disposerait d’un « droit de recours amiable ». Le salarié devrait démissionner dans les six mois après avoir obtenu l’attestation et pourrait déposer une demande d’indemnisation à Pôle emploi qui devrait ensuite contrôler la mise en œuvre effective du projet, notamment au cours d’un « entretien de suivi approfondi » organisé au dernier mois de mise en œuvre du projet.

  • Indemnisation des indépendants

Le texte plaide pour un régime distinct de l’Unédic, « public » et « financé par l’impôt », « ouvert à tous les indépendants », qui bénéficieraient d’une prestation en cas de « liquidation judiciaire ». Des « régimes privés » pourraient proposer, en sus, des « prestations complémentaires ».

>> A lire aussi : Le gouvernement souhaiterait durcir le contrôle des chômeurs

Il prévoit que les partenaires sociaux gardent la main concernant la protection sociale des « nouveaux travailleurs », comme les travailleurs des plateformes (Uber, Deliveroo…), en créant un groupe de travail réunissant organisations syndicales et patronales, chargé de proposer, avant fin 2018, des évolutions réglementaires.

  • Lutte contre les contrats précaires

Toutes les branches professionnelles devraient ouvrir des négociations pour prendre des « mesures permettant de modérer le recours aux contrats courts et d’allonger les durées d’emploi » et des « mesures relatives à l’organisation du travail et à la gestion de l’emploi ».

Les partenaires sociaux de branches devraient, « lorsque cela est possible », se fixer des « objectifs quantitatifs et qualitatifs », qui seraient contrôlés par un « groupe de suivi paritaire ». Les négociations devraient aboutir avant la fin 2018.

>> A lire aussi : Qui sont les gagnants et les perdants des nouvelles règles?

Le texte mentionne la menace du gouvernement d’instaurer un bonus-malus s’il juge insuffisantes les mesures prises par les branches. Cette épée de Damoclès fait partie intégrante de « l’équilibre » de l’accord, est-il précisé. L’accord prévoit aussi la création d’un « outil de suivi statistique » pour mieux « caractériser » et « comprendre » les causes des fins de contrats courts.

• Gouvernance

L’accord prévoit que la négociation paritaire continue de « définir en toute autonomie les règles d’indemnisation et le niveau de ressources nécessaires » du régime, avec l’objectif, à terme, de se passer de « la garantie financière accordée par l’Etat ».

Il demande une « clarification » des rôles de la solidarité nationale ou de l’assurance chômage et suggère l’instauration d’une « conférence pour l’emploi » réunissant Etat et partenaires sociaux, qui fixerait des « objectifs communs au régime de solidarité », c’est-à-dire les minima sociaux, « et au régime assurantiel », c’est-à-dire l’assurance chômage.