Quels sont les cinq «mensonges» acceptables sur un CV?

COACHING Grâce à notre coach, mettez toutes les chances de votre côté pour décrocher un emploi...

Gilles Payet (contributeur)

— 

Si mentir sur son CV est éliminatoire, certaines omissions sont acceptables.

Si mentir sur son CV est éliminatoire, certaines omissions sont acceptables. — Schwerdhoefer/Pixabay

  • Robert Half a publié un enquête sur les mensonges dans les CV.
  • 47% des managers interrogés ont recalé les candidats qui avaient menti.
  • Cependant, certaines omissions sont acceptables.

Robert Half a publié une enquête sur l’impact des mensonges sur les CV. Et le résultat est sans appel : 47 % des managers interrogés déclarent que la découverte de ces mensonges les a conduits à recaler les candidats. Le point sur ce qu’il ne faut pas écrire mais aussi sur les omissions acceptables pour décrocher un emploi.

Les mensonges les plus courants

Ils concernent l’expérience (55 %) et les diplômes (53 %). Les dates ne sont pas toujours les bonnes. Les intitulés de postes sont réécrits pour donner plus d’importance à la fonction occupée. Les responsabilités sont étoffées de compétences par toujours maîtrisées (33 % de mensonge sur la maîtrise des langues par exemple). Sans parler des diplômes inventés ou non obtenus (mais avec une scolarité suivie) et présentés comme si les candidats en étaient détenteurs.

Les mensonges éliminatoires

Ils concernent ceux qui trompent le recruteur sur votre capacité à occuper le poste « dès demain à 9h00 ». Sont concernés les mensonges qui présentent vos compétences, vos connaissances techniques, la réalité de votre réseau, celle de vos expériences passées ou encore celles de vos résultats. Difficile de pardonner à un candidat de mentir sur ces sujets-là car l’essence même d’un process de recrutement est d’évaluer la capacité du candidat retenu à occuper le poste avec succès. Et pour certains recruteurs, tout mensonge est éliminatoire car comment faire confiance à un futur collaborateur qui ment avant même d’avoir travaillé ? La question a du sens évidemment.

Les 5 omissions acceptables

Si les mensonges sont risqués, certaines omissions sont jouables. Surtout si les informations en question vous discriminent injustement. Sans rapport avec votre capacité à exercer les fonctions du poste ciblé. Parmi les sujets concernés : votre adresse physique, votre photo, votre âge, votre handicap ou encore le fait que vous ayez créé une entreprise. Pour l’adresse, si celle-ci est trop éloignée du lieu de travail ou est située dans un quartier mal réputé, mieux vaut ne pas indiquer d’adresse (vous noterez sur ce sujet que sur Linkedin on ne vous demande jamais d’adresse physique). L’adresse est en effet un vrai sujet de discrimination à l’embauche. Si vous pensez que votre photo est une autre source de discrimination, mieux vaut éviter d’en mettre une puisqu’elle n’est jamais demandée explicitement. Le conseil est le même si vous pensez que votre âge (trop jeune ou trop vieux) est une source d’éviction de votre candidature. Alors, bien sûr, le recruteur recalculera votre âge mais au moins il n’éliminera pas votre CV immédiatement si votre âge figure en haut de votre CV (vous laissez donc une chance d’être intéressé par votre offre de service avant qu’il n’effectue ce calcul).

Si vous êtes en situation de handicap, ne communiquez pas sur votre RQTH (sauf si l’entreprise ciblée est ouvertement handi-recruteuse). Le handicap reste encore aujourd’hui un frein à l’embauche trop important en France. Dernier point, si vous avez créé une entreprise et que vous candidatez pour un poste de salarié, présentez votre expérience comme une expérience classique (Vous avez été directeur xxx de l’entreprise xxx). Mais évitez les mots qui gênent certains recruteurs comme « gérant », « associé » car, en France toujours, avoir été patron de sa boîte est pour certains recruteurs (RH ou opérationnel) une information difficile à apprécier.

Retrouvez tous les articles de Gilles Payet en cliquant ici 

Gilles Payet est formateur, consultant RH animateur du blog Questions d’emploi et du site Mon coaching emploi sur lequel il édite des fiches pratiques et propose du coaching sur la recherche d’emploi et l’efficacité professionnelle.