Bernard Arnault: La fortune du patron de LVMH équivaut à 2,6 millions d'années de SMIC

PACTOLE L'Observatoire des inégalités vient de publier une étude sur le patrimoine professionnel des grandes fortunes françaises…

20 Minutes avec agence

— 

Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH, en juin 2017.

Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH, en juin 2017. — MARTIN BUREAU / AFP

La fortune professionnelle de Bernard Arnault, patron de LVMH, représente l’équivalent de 2,6 millions d’années de SMIC, selon des calculs de l’Observatoire des Inégalités, révèle L'Express.

>> A lire aussi : VIDEO. Rapport sur les inégalités: «Les riches ne se sont jamais aussi bien portés», selon Manon Aubry, porte-parole d’Oxfam

Ce résultat s’appuie sur le palmarès des fortunes de France, publié au mois de juin dernier par Challenges. Le patrimoine de Bernard Arnault lui valait la première marche du podium. Venaient ensuite Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal  décédée en septembre dernier, et Axel Dumas, gérant d’Hermès International.

Patrimoine professionnel

« Et encore, il ne s’agit que du patrimoine professionnel. Tout ce qui relève du domaine privé ou qui ne repose pas sur un outil de travail n’est pas comptabilisé », indique l’Observatoire, qui ajoute que « le montant cumulé de la fortune professionnelle des 500 personnes les plus riches de France représente 570 milliards d’euros ».

À elles seules, les dix premières fortunes du classement possèdent ainsi 241 milliards d’euros. Et de conclure : « Ces fortunes sont démesurées, rapportées à ce que possèdent la plupart des ménages, dont la moitié détient moins de 114.000 euros ».

Des chiffres vertigineux

La veille de l’ouverture du forum économique de Davos, l’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam a, de son côté, présenté un rapport sur les inégalités dans le monde.

>> A lire aussi : Classement Bloomberg: Qui sont les plus grosses fortunes mondiales?

Les conclusions laissent apparaître que 82 % de la richesse créée en 2017 dans le monde sont entre les mains du 1 % le plus riche de la population mondiale. Et que 3,7 milliards de personnes, soit 50 % de la population mondiale, n’a pas touché le moindre bénéfice de la croissance.